Stan Wawrinka : " J'ai joué à un bon niveau "

le
0
Stan Wawrinka : " J'ai joué à un bon niveau "
Stan Wawrinka : " J'ai joué à un bon niveau "
Facile vainqueur de Jo-Wilfried Tsonga en ouverture de la finale de la Coupe Davis, Stan Wawrinka a apprécié d'avoir joué à un bon niveau face au Français, avant de peut-être jouer le double samedi.

Stan Wawrinka, quel est votre sentiment sur ce match ? Etiez-vous davantage prêt que Jo-Wilfried Tsonga pour cette rencontre ? Cela vous a-t-il permis de gérer les points-clés de ce match ?
Je pense que c'était un bon match, j'ai joué à un bon niveau. Quand on voit ce que j'ai fait ces dernières semaines, en arrivant ici, assez tard après le Masters, en ayant perdu contre Roger et en étant prêt aujourd'hui, je trouve que c'est très bien. Je me suis concentré sur ce que je faisais toute cette semaine, je n'ai pas du tout regardé ce qu'ils faisaient eux. Ils se sont entraînés sur terre battue depuis longtemps mais je crois qu'aujourd'hui (vendredi) c'était moi le meilleur joueur sur le court.

Comment avez-vous géré la pression, le public ?
Je trouve que le public est bien. Au début du match, on avait plus de soutien des spectateurs suisses que les Français en avaient de leur public. On n'entend pas trop tout le bruit qui est fait par ceux qui sont tout en haut. Je trouve qu'à Genève, par exemple, on entendait beaucoup plus le public qu'ici. Bien sûr, avant de commencer le match, j'étais très nerveux, je n'ai pas bien dormi la nuit dernière, j'avais beaucoup de pression pour cette finale de Coupe Davis. Et avec tout ce qui s'est passé cette semaine, avec la blessure au dos de Roger, il y avait encore plus de pression sur moi. Vous le voyez d'ailleurs, puisque c'est difficile pour lui, en tout cas pour l'instant. Je sais comment jouer ces matchs. J'ai joué tellement de matchs importants cette année et c'était important pour moi de montrer aujourd'hui à l'équipe de France que j'étais bien présent, parce qu'ils m'avaient un peu oublié.

« J'étais prêt à me battre »

Vous disiez hier (jeudi) que vous alliez peut-être avoir du mal au début du match, mais en fait c'est tout le contraire. Comment expliquez-vous cette entrée dans la partie ?
Je pensais avoir plus de difficultés, parce qu'il y a peu de joueurs évoluant actuellement sur terre battue. Nous avons eu peu de préparation comparé aux Français qui, eux, jouent sur terre battue depuis un bon moment. Mais j'étais tellement prêt à me battre, prêt à donner. J'explique cela comme je l'ai dit après le Masters, pour moi c'était la meilleure préparation possible de jouer aussi bien au Masters, de gagner des matchs. Aujourd'hui (vendredi), j'ai prouvé que la confiance est là et que je suis plus fort que lui sur le terrain.

On a l'impression que quand vous êtes rentré sur le court, c'était presque en patron de cette équipe. Je sais que les derniers jours vous avez dû probablement ressentir encore plus de pression.
Il y a beaucoup de pression sur tout le monde, sur tous les joueurs ce week-end. Maintenant, comme je l'ai dit hier soir et ce matin, je n'étais pas beau à voir et j'étais très nerveux. J'essayais d'évacuer cette pression et d'en parler au maximum mais, encore une fois, j'ai trop d'expérience depuis des années sur le circuit et, en plus, tout ce qui m'est arrivé cette année, tous les grands matchs que j'ai faits, que ce soit au mental, ou au tennis, m'aident à gérer mes émotions et la nervosité. J'accepte d'être nerveux, d'arriver très nerveux et je sais qu'en face il y a Jo. Peu importe le discours qu'il a, il est autant nerveux que moi, voire plus. Je me suis concentré sur mon jeu, je me suis concentré à faire les bonnes choses, les choses justes et à constamment l'agresser, parce que c'est là où je joue le mieux.

Vous attendiez-vous à ce que Tsonga vienne davantage vous agresser qu'il ne l'a fait au moins au début du match ?
Oui et non. Oui parce que son jeu, c'est d'agresser. Il n'a pas pu le faire, parce que je ne lui donne pas le temps. Quand je joue mon meilleur tennis, je joue des frappes lourdes, il est très vite débordé, surtout sur terre battue et c'est pourquoi il n'a pas pu du tout imposer son jeu.

« Je pousse toujours pour jouer »

Au Masters, vous disiez après la demi-finale perdue face à Roger Federer que cela pouvait vous détruire. Visiblement, cela vous a plutôt construit. Comment vous êtes-vous reconstruit après ce match ?
Comme je l'ai dit l'autre jour, il est clair que le soir même j'étais au fond du bac. C'était difficile, mais j'étais détruit par le résultat et par le fait d'avoir eu autant d'occasions, mais je ne pouvais qu'être satisfait avec moi-même parce que j'ai fait tout ce qu'il fallait. J'ai essayé de pousser Roger jusqu'au bout. J'ai fait des choix sur les balles de match qui je reste persuadé ne sont pas fausses parce que j'ai eu à chaque fois les volées, parce qu'il m'a mis un passing et le résultat, je perds un match où j'ai tout donné, j'ai tout essayé contre Roger qui était en pleine bourre, surtout en indoor, sa meilleure surface. A partir de là, cela prend un jour. Le dimanche, c'est horrible et le lundi, quand tu pars pour une finale de Coupe Davis, quand tu réalises la chance que tu as de pouvoir participer à cet événement, tu es positif et heureux de pouvoir continuer et d'essayer de rebondir tout de suite en ayant la chance de jouer un premier match aujourd'hui.

Une performance comme celle-là vous donne-t-elle envie de jouer le double ? Vous allez en discuter. Allez-vous essayer de pousser pour jouer ?
Vous me connaissez, je pousse toujours pour jouer. On va faire comme on fait à chaque fois. Nous ferons le point ce soir après le match de Roger. C'est toujours pareil, si avec Roger on se sent bien, on se sent prêt à jouer pendant 3 jours, on va essayer de jouer les deux. Il s'est passé tellement de choses cette semaine qu'on va faire cela tranquillement. Je me sens bien physiquement. Le match a été éprouvant en raison de tout ce qu'il y a autour mais pas forcément très long et je suis prêt s'il le faut à jouer les 3 jours.

Est-ce votre meilleur match en Coupe Davis. C'était peut-être Hewitt ?
Question niveau de jeu, oui, c'est un de mes meilleurs matchs, parce que je suis un bien meilleur joueur qu'il y a deux ou trois ans, c'est clair. Aujourd'hui, je suis en finale de Coupe Davis sur terre contre Jo qui s'est préparé comme un malade pour ce match qui pensait être plus que prêt pour ce match. Je pense qu'au niveau du jeu c'est mon meilleur match.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant