Stan Wawrinka " C'était super de jouer ensemble "

le
0
Stan Wawrinka " C'était super de jouer ensemble "
Stan Wawrinka " C'était super de jouer ensemble "
Vainqueurs de la paire Benneteau-Gasquet, Roger Federer et Stan Wawrinka savourent ce succès qui leur permet d'aborder sereinement la dernière journée de la finale de Coupe Davis.

Stan, cela a été probablement l'un des meilleurs doubles que vous avez joué ensemble ces dernières années...
Oui, c'était super de jouer ensemble. Le dernier match que nous avons fait en Coupe Davis n'était pas si bon. Nous étions prêts à bien jouer et à nous lancer dans ce double. En ce moment, nous jouons très bien, c'était important d'être agressif sur le court et de montrer que nous voulions prendre la tête et prendre ce double.

Vous aviez l'air très en confiance, cela vous a-t-il aidé de jouer si bien hier ? Vous êtes un homme différent de la semaine dernière ?
C'était le Masters la semaine dernière avec les huit meilleurs joueurs mondiaux ! (Rires) Si vous aviez parlé de Shanghai, je vous aurais répondu peut-être. Je suis désolé de n'être arrivé qu'en demi-finale au Masters. Je me sens bien. En fait, je suis en confiance, c'était important d'acquérir cette confiance. Je sens que je joue bien, je me sens très bien sur le court. Je suis plein de confiance. Je suis là pour aller chercher la victoire et je suis prêt à essayer tout ce que j'ai dans ma raquette pour y arriver.

Vous êtes dans un conte de fée, Roger ? Après le match d'hier, vous avez joué comme dans un rêve aujourd'hui.
Je suis content. Sur le court, j'ai pu aider mon équipe et j'ai retrouvé le goût de la victoire. Je suis content que l'on ait bien joué aujourd'hui. C'est un plaisir de jouer avec Stan. On a très bien joué aujourd'hui, je trouve. Rien n'est encore gagné mais cela pourrait être un point très important.

Roger, pourriez-vous nous parler de votre dos ?
Le match en double est un bon test aussi. Il faut continuer à faire des services-volée, solliciter le dos. Je me sens très bien. Je suis content. Hier, le match était relativement facile pour mon corps. Je n'ai pas eu mal. J'étais bien en arrivant aujourd'hui. Il y a encore un match demain. Je vais essayer de jouer mon meilleur tennis. J'espère me sentir aussi bien qu'aujourd'hui.

Stan, visiblement, vous vois sentez admirablement bien dans ce stade depuis deux jours...
Je me sens bien parce que je suis arrivé ici en confiance avec mon jeu. J'ai eu quelques jours pour changer de surface. C'est naturel de passer sur la terre pour moi. Je me suis tout de suite senti bien. Le fait de vraiment me sentir bien avec mon jeu me permet d'être calme en entrant sur le terrain. On s'attendait à beaucoup d'ambiance. Je suis surpris à quel point les Suisses arrivent à marquer leur territoire et nous aident à faire du bruit quand il faut, ils nous soutiennent. Quand je suis entré hier sur le terrain, cela m'a également obligé à être plus dans ma bulle en me disant qu'il y aura beaucoup de bruit et qu'ils allaient essayer de me déstabiliser. Il faut rester dans sa bulle. Il faut être bien dans son match. Pour l'instant, cela se passe bien de notre côté. Aujourd'hui, il y a eu encore plus de bruit qu'hier. Cela a été une grosse ambiance. On a montré avec Roger que nous étions présents et que nous nous sommes battus pour aller chercher les 3 points. Nous sommes satisfaits d'avoir remporté ce double et de mener 2-1.

Vous disiez que ce double était différent des derniers en Coupe Davis, en quoi était-il différent foncièrement ?
L'enjeu, la manière dont mentalement on s'est préparé à jouer ce double. On sait que l'on peut très bien jouer avec Roger, que l'on est fait pour battre les meilleurs quand on joue bien. Ce qui n'a pas été toujours évident dans le passé. En double, on ne peut pas décider de tout. Tu joues un coup pendant 2 ou 3 minutes parce que cela va vite. Il y a un faux rythme qu'il faut accepter mais ne pas rentrer dedans. Il était important de mettre toujours de l'intensité aujourd'hui et d'être présent mentalement pour ne pas rentrer dans un rythme un peu nonchalant.

De notre envoyé spécial à Villeneuve d'Ascq, Olivier Maillard

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant