Stamford Bridge a dit au revoir à Gerrard

le
0

Au terme d'une rencontre plutôt terne, Chelsea et Liverpool se quittent sur un nul et une ovation de Stamford Bridge à Steven Gerrard (1-1), pour ce qui était la dernière grosse affiche de sa vie.


Chelsea - Liverpool
(1-1)

J. Terry (5') pour Chelsea , S. Gerrard (44') pour Liverpool.


Steven Gerrard tire la gueule. Depuis dix minutes, Liverpool n'y est pas. Se fait marcher dessus. Sterling n'a pas attendu 30 secondes de jeu avant que sa maléole ne rencontre le tacle vicieux de Cesc Fabregas, averti. Coutinho n'a pas attendu trois minutes de jeu avant que ses chevilles ne tremblent aussi. Et John Terry n'a pas attendu 5 minutes, avant d'ouvrir le score, en s'amusant du marquage du pataud Rickie Lambert. Liverpool est paumé, coincé entre le pressing très haut des Blues et la volonté de ne pas laisser trop de place dans leur dos pour les flèches Willian, Hazard ou le point d'appui, Loïc Rémy, pas le plus lent non plus. Steven Gerrard sonne une première fois le rappel des troupes, dégageant énergiquement de la tête, au duel avec Obi-Mikel. L'appel est suivi par Coutinho et Sterling, qui réussissent à toucher Courtois (14e, 16e). Lallana rend ensuite à Ivanovic la monnaie des boites encaissées en début de partie. Mais c'est à peu près tout.
Le dernier but de Gerrard
Chelsea, à l'aise dans un jeu direct sur Rémy, et se servant des accélérations de Willian ou Hazard n'a aucun mal à menacer la défense des Reds. Surtout que Mignolet arrive à se faire peur tout seul : une passe quasi décisive pour Willian, rattrapée in extremis par Skrtel (18e) et un dégagement du poing dans le mauvais sens (32e). Voilà à quoi ressemble le dernier Chelsea/Liverpool de la vie de Steven Gerrard. Alors le capitaine sonne un deuxième rappel. Peu avant la mi-temps, à l'aise dans le démarquage comme Terry avec Lambert, il pique une tête, oublié au second poteau et trompe Courtois. 1-1. Comme pour laisser une chance à ce match et à sa fin de saison. Devant l'impossibilité de fêter son anniversaire en finale de Cup, Steven joue un peu de sa fierté sur une hypothétique qualifcation européenne.
Disparition et ovation
Mais Liverpool n'a jamais vraiment réussi à décoller....










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant