Stambouli veut convaincre Emery

le
0
Stambouli veut convaincre Emery
Stambouli veut convaincre Emery

Mercredi soir, face à West Bromwich Albion (2-1), Benjamin Stambouli a disputé l'intégralité de la partie, d'abord comme milieu récupérateur dans le 4-2-3-1 de la première période, puis comme relayeur dans le 4-3-3 mis en place après la pause. A chaque fois, l'ancien Montpelliérain de 25 ans, sous contrat jusqu'en 2020 avec le PSG, a montré de bonnes dispositions. Après dix jours de préparation sous les ordres d'Unai Emery, tout semble rouler pour Stambouli. Pourtant, son avenir au PSG s'inscrit en pointillé. Depuis l'officialisation du recrutement de Grzegorz Krychowiak, ils sont six (Verratti, Thiago Motta, Stambouli, Rabiot, Matuidi, Krychowiak), voire sept si l'on inclut Pastore, à postuler pour deux ou trois places dans l'entrejeu selon le schéma en vigueur.

 

L'intérêt du Betis Séville

 

La semaine dernière, Stambouli a pu évoquer sa situation avec Olivier Létang, le directeur sportif adjoint du club. Ce dernier lui a fait savoir que Paris était prêt à envisager un transfert si une possibilité de départ se présentait. Pour l'instant, l'ancien Montpelliérain n'est pas dans cet état d'esprit.

 

Même si son arrivée, l'été dernier, était clairement un choix de Laurent Blanc, le natif de Marseille pense avoir peut-être une carte à jouer avec le nouvel entraîneur.

 

Stambouli sait que le jeu prôné par le technicien basque repose sur un pressing haut et des transitions rapides vers l'avant. Il entend donc profiter de ce début de préparation pour montrer que son profil peut coller à ce système.

 

Les absences de nombreux milieux de terrain, encore en vacances (Thiago Motta, Krychowiak, Matuidi) ou en phase de réhabilitation (Verratti), peuvent servir ses desseins durant cette avant-saison et possiblement jusqu'au Trophée des champions. Il y a aussi l'inconnue Blaise Matuidi, susceptible de quitter le club cet été. Beaucoup de cases restent donc à remplir pour que le futur de Benji, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant