Stages de plus de deux mois : l'indemnité augmentera en 2015

le
2
Stages de plus de deux mois : l'indemnité augmentera en 2015
Stages de plus de deux mois : l'indemnité augmentera en 2015

A partir de septembre 2015, pour les stages de plus de deux mois, l'indemnité augmentera de 87 euros (elle passera de 436 à 523 euros). Députés et sénateurs se sont mis d'accord dans la nuit de mardi à mercredi sur une proposition de loi PS allant dans ce sens, mais déjà dénoncée par le collectif Génération précaire et Jeudi noir.

Début mai, le Sénat avait adopté un amendement imposant d'indemniser les stagiaires restant plus d'un mois dans l'entreprise. «Nous avons rétabli deux mois au lieu d'un, car nous avons eu beaucoup de retours de formations professionnelles du type IUT et BTS qui craignaient de ne plus trouver de stages courts pour leurs étudiants», explique la rapporteure du texte à l'Assemblée, la députée PS Chaynesse Khirouni. En revanche, les stagiaires ayant droit à une gratification seront bien indemnisés dès le premier mois de leur stage.

Entrée en vigueur repoussée à 2015

Autre modification, l'entrée en vigueur a été décalée à septembre 2015 au lieu de septembre 2014. «Toutes les petites structures publiques ou associatives ont déjà voté leur budget pour 2014» explique la députée de Meurthe-et-Moselle et ancienne professionnelle dans le milieu associatif.

Les parlementaires ont aussi repris les amendements du Sénat sur l'extension à tous les stagiaires de l'accès aux restaurants d'entreprises, du bénéfice des titres restaurants ou du remboursement des frais de transports lorsqu'ils existent pour les salariés. Les autres mesures de la proposition de loi déposée par des députés socialistes restent inchangées: instauration d'un plafond maximum de stagiaires en fonction des effectifs salariés, renforcement des moyens d'identifier et de sanctionner les abus éventuels, instauration d'autorisation d'absence et de congés, alignement du temps de présence des stagiaires sur celui des salariés et exonération d'impôt sur le revenu de la gratification.

Le compromis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dcabon le mercredi 4 juin 2014 à 18:35

    436 ou 523 euros, c'est de l'exploitation pure et simple. C'est tout le système de "stage" (qui rime avec esclavage) qui est à revoir. Et je ne suis pas un électeur du Front de Gauche !!

  • domin288 le mercredi 4 juin 2014 à 18:00

    Ce n'est ni du ressort de l'état ni des parlements de légiférer en ce sens. Il existe des structures pour ce genre d'accord.