Stades de shoot

le
0
Stades de shoot
Stades de shoot

En 2017, dans certains coins de la planète, on exécute toujours publiquement des gens dans des stades de foot. Alertée, la FIFA sert un discours mou, et ne prévoit aucune sanction sportive pour les pays concernés.

Ce matin du 22 septembre 2016, à Neyriz, ils sont quelques dizaines à s'être rendus dans le petit stade de foot de cette ville de 45 000 habitants, située dans la province de Fars, dans l'ouest iranien. Pourtant, aucun match n'est programmé ce jour-là. Installé sur un semblant de tribune, séparé du terrain par un grillage, le public, majoritairement masculin, est venu assister à une exécution. Celle de Saeed T., condamné à la peine capitale pour viol et meurtre. Exposé sur la plate-forme arrière d'un camion, le visage recouvert d'un linge noir, l'homme sera pendu en public, tracté de bas en haut par une grue. Une pratique qui n'a rien d'exceptionnel en Iran, où une interprétation particulière de la charia fait office de code pénal. En 2015, sur 969 exécutions, 57 se sont déroulées dans l'espace public (selon les chiffres officiels communiqués par l'État iranien, probablement en deçà de la réalité). Cette barbarie, l'association française Ensemble contre la peine de mort (ECPM) ne l'accepte pas. Et elle a décidé de le faire savoir à la FIFA, en adressant fin septembre un courrier à son président, Gianni Infantino. "Exécuter dans un stade, ce n'est pas anodin, explique Raphaël Chenuil-Hazan, le directeur d'ECPM. C'est dans ce sens que nous tentons d'alerter Infantino. La FIFA ne peut pas dire que cela ne la regarde pas. Si j'étais joueur, ce serait impossible de jouer là où un homme a été décapité ou pendu."

Une barbarie sans limite


Avec l'Arabie saoudite, la Corée du Nord et les territoires contrôlés par Daesh, l'Iran est l'un des derniers pays à pratiquer l'exécution publique, que ce soit sur des places ou dans des stades. La Chine et l'Afghanistan – qui s'y adonnait à l'époque des talibans – ont récemment abandonné. "C'est la théâtralisation de la mise à mort, dans le seul but de faire peur à la population, pose Chenuil-Hazan. Le stade est ouvert. Hommes, femmes, enfants, vieillards, tout le monde est incité par la police à venir assister au "spectacle". En Iran, la peine de mort a toujours été un outil politique. La majorité des condamnés à mort sont coupables de trafic de drogue ou d'homosexualité, et sont souvent issus de minorités ethniques ou religieuses.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant