Stade Français - Oyonnax : De la peur et de l'espoir

le
0

Le Stade Français accueille Oyonnax ce samedi (15h00). Le champion de France en titre, 12eme, ne possède que dix points d’avance sur l’USO, 13eme, à quatre journées de la fin de la saison de Top 14. Mathématiquement, rien n’est joué d’un côté comme de l’autre et ce match risque d’avoir l’odeur du sang.

Le Stade Français est un champion méconnaissable. Brillant en fin de saison pour décrocher le quatorzième Bouclier de Brennus de son histoire, les Parisiens connaissent désormais la peur de la relégation. Cette boule au ventre qui vous empêche de voir plus loin que le prochain match, les joueurs de Gonzalo Quesada l’ont depuis plusieurs semaines. « Nous vivons une saison compliquée, nous le savons, affirme Julien Dupuy. Pour l’instant, le plus important est de rester en Top 14, nous ferons les comptes à la fin. C’est une situation pas terrible. On va s’attacher à essayer de gagner le match ce week-end. Puis, par la suite, nous trouverons les solutions pour ne pas revivre ce genre de chose la saison prochaine. C’est la survie du club qui se joue, la survie d’un groupe aussi ». Gagner pour survivre, tel est le mot d’ordre du côté du Stade Français. Les joueurs de Thomas Savare sont dans une dynamique négative. La dernière victoire du club parisien remonte au 19 mars dernier face à La Rochelle (33-20) à domicile. Entre temps, les coéquipiers d’Antoine Burban ont connu une série de quatre défaites consécutives en Top 14. « Si on perd, on n’est pas bien, on sera dans la merde pour la fin de saison, assure le troisième ligne international. On sent qu’il y a plus de tensions. On n’a pas envie de créer des conflits supplémentaires. Ce ne sera que des vérités, cela ne va pas créer de conflits, de mauvaise ambiance. On a juste besoin de se maintenir pour se libérer. Pour Oyonnax, c’est le match de la dernière chance. S’ils nous battent chez nous, ils nous mettent dans le doute et se relancent par la même occasion ».

Oyonnax pour y croire

Mais si une victoire parisienne sonnerait presque comme le maintien pour le Stade Français, un exploit à Jean Bouin permettrait à l’USO de croire réellement à sa survie en Top 14. Les joueurs de Johann Authier se sont imposés face à La Rochelle lors de la dernière journée (17-16) alors qu’ils restaient sur trois défaites consécutives et peuvent espérer déjouer les pronostics. « La victoire contre La Rochelle fait du bien dans les têtes, a déclaré le technicien. Les joueurs ont bien bossé les dernières semaines et on n’avait pas encore été récompensé. Ca faisait du bien pour une fois de venir un lundi et de travailler dans la sérénité et la confiance ». Si les sourires étaient de retour dans l’Ain, les Oyomen ne veulent pas tomber dans l’euphorie mais se déplaceront à Paris le couteau entre les dents. « On ne s’enflamme pas, on sait qu’il y a un gros morceau qui nous attend, le champion de France en titre, assure l’ancien Grenoblois. Il faut bien travailler toute la semaine et aller là-bas avec l’équipe la plus compétitive possible pour essayer de faire quelque chose dans ce match ». Dans l’hypothèse où l’USO venait à s’imposer à Paris, sans bonus offensif, il reviendrait à six points du Stade Français avec encore trois journées à jouer. Mais le calendrier n’est pas en faveur d’Oyonnax. Les coéquipiers de Fabien Cibray vont recevoir consécutivement le Stade Toulousain et Castres, candidats aux phases finales et qui voudront assurer leur place dans le Top 6. « En toute sincérité, on profite de l’instant présent, assure Johann Authier. Prenons du plaisir mais, quand je dis plaisir, c’est dans le combat aussi, dans les choses simples que nous amène ce sport et allons y sans pression, avec de l’appétit et les comptes, on les fera à la fin ». L’USO n’a plus perdu face au Stade Français depuis trois matchs. La saison dernière, les Rouge-et-Noir avaient gagné leurs deux confrontations face aux Parisiens. Oyonnax s’était imposé lors du match aller (25-12) cette saison avant peut-être la passe de quatre et une fin de championnat à suspense...
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant