Stade brestois : autopsie d'un échec

le
0
Stade brestois : autopsie d'un échec
Stade brestois : autopsie d'un échec

Ce match aurait dû être une fête entre deux des trois promus de la saison. Mais si les Troyens ont rempli leur mission, les Brestois sont restés en rade et laissent un gros sentiment de frustration et de gâchis. Il faut presque croire qu'ils ne voulaient pas tant que ça monter à l'étage supérieur

" Si on ne monte pas avec ça " Fin janvier dernier, le président du Stade brestois pérore face aux médias au moment d'annoncer la signature de sa quatrième recrue offensive de l'hiver. L'arrivée de Youssef Adnane, en provenance de Tours, s'ajoute à celles de Gaëtan Courtet (Reims), Bryan Pelé (Lorient) et Bilal Hamdi (Clermont), toutes officialisées courant janvier. Au bilan, ce recrutement permet effectivement d'aborder la deuxième moitié de saison avec confiance, l'effectif brestois se trouvant renforcé par deux ex de L1 (Courtet et Pelé), un des meilleurs attaquants de L2 (Adnane) et un bon espoir (Hamdi). A priori, c'est très bien vu : le Stade brestois ayant surtout brillé dans la première partie de saison au niveau de sa solidité défensive, ces renforts offensifs doivent permettre d'obtenir une équipe complète, taillée pour rester sur le podium et remonter en Ligue 1.

Esprit combattant, où es-tu ?


Mais trois mois et demi plus tard pourtant, l'échec est grand. Le Stade brestois ne redécouvrira pas l'élite. Et sans faire injure au Gazélec, en passe d'être promu, il y a quand même de quoi se dire qu'il y avait largement la place pour les Finistériens cette saison. Jouer le podium pour une formation de ce calibre dans une Ligue 2 d'un niveau qu'on a connu plus relevé dans un passé proche, n'était pas un objectif dingue. Mais là où les Corses ont montré une formidable solidarité et une étonnante régularité dans les résultats, les rutilants Bretons se sont délités au fil des journées, trouvant le moyen de s'éloigner du top 3 d'un championnat qui n'a pourtant pas filé à un gros rythme À mesure des semaines, le " normalement, on devrait monter " a été suivi d'un " bon, c'est plus compliqué que prévu mais ça devrait le faire quand même " pour finir par un " bah, en fait, non, c'est mort ". C'est désormais officiel : le Stade brestois restera au moins une saison supplémentaire en L2. Et il a plus fait ces derniers mois pour y rester que pour repasser à l'étage au-dessus

Troisième à l'issue de la phase aller, l'équipe finistérienne n'occupe que la treizième place depuis le début de la phase retour. Elle a perdu sa solidité défensive (15 buts encaissés en 2015 contre 10 lors des 19 premières journées) et n'a pas plus marqué malgré les efforts consentis au mercato hivernal (17 buts inscrits contre 22 en première partie de saison). En 2015, la bande à Alex Dupont…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant