St Mamet se met à nu pour sauver sa peau

le
0
St Mamet se met à nu pour sauver sa peau
St Mamet se met à nu pour sauver sa peau

Vingt salariés dévêtus et dissimulés derrière des cagettes de fruits vides. Cette photo accueille les internautes sur la page Facebook de St Mamet, avec une légende : « Sauvons nos arboriculteurs ». L'entreprise, créée en 1959 et spécialiste des fruits en sirop, compotes et confitures, a lancé début janvier une campagne de communication sur les réseaux sociaux afin d'alerter les consommateurs sur ses difficultés. « Avec cette photo, on veut montrer qu'on subit de plein fouet la concurrence d'agriculteurs grecs ou espagnols, qui inondent le marché avec des produits à bas coût, explique Matthieu Lambeaux, le PDG de l'entreprise qui figure sur le cliché. Si on ne fait rien, on va vraiment finir à poil ! On a neuf mois pour sauver St Mamet. »

Réseaux sociaux à défaut de budget pub

Gonflé ? Oui. Efficace ? Plus encore. Les messages d'encouragement sont tombés sous l'illustration dès la mise en ligne : « Continuez de vous battre », « Belle initiative »... Ancien directeur général de Findus (leadeur des surgelés), Matthieu Lambeaux a racheté l'entreprise en faillite en octobre. Aujourd'hui, son objectif est de sauver les 600 salariés du site de fabrication à Vauvert (Gard), ainsi que les 150 familles d'arboriculteurs de la coopérative Conserve Gard à Nîmes.

« Cette campagne de communication innovante permet de mobiliser les consommateurs derrière St Mamet et de faire en sorte qu'ils se sentent concernés », dit le PDG. Sans budget pub, la société compte uniquement sur les « likes » (« j'aime ») et les « partages » des internautes pour se faire connaître, vendre un maximum de produits et espérer renflouer ses caisses. Ils sont plus de 5 750 aujourd'hui à suivre les aventures de l'entreprise. « Chaque semaine, on partage deux à trois vidéos sur notre page Facebook pour expliquer notre démarche, nos métiers, nos objectifs, s'enthousiasme Matthieu Lambeaux. Et il y en aura de plus en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant