Sri Lanka: les plaies ouvertes de la guerre civile

le
0
L'ONU enquête sur les crimes de guerre commis à la fin du conflit entre les indépendantistes tamouls et le pouvoir central qui nie toujours sa responsabilité dans la disparition de milliers de personnes.

Envoyée spéciale à Jaffna

Ravi a tout perdu: sa femme, ses deux enfants, sa maison et son travail, dans la guerre civile qui a ensanglanté le Sri Lanka il y a 5 ans. «L'armée a débarqué un jour dans notre village près de Jaffna (Nord, NDLR). Les enfants jouaient dans la cour, ma femme préparait le thé pendant que j'étais aux champs. Ils les ont pris, mis en ligne avec d'autres familles et tués en les mitraillant.» La raison pour ­laquelle ils ont été assassinés est encore floue.

Pushpa, une voisine, dit que l'armée soupçonnait le quartier de soutenir les Tigres. «Mais nous on s'en fichait, on ne voulait rien, on voulait être tranquille!», hurle-t-elle. Pour d'autres, cette démonstration de force visait clairement à effrayer les Tamouls pou...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant