Sri Lanka-Le pape plaide pour la recherche de la vérité

le
0

(Avec détails, déclarations) par Frank Jack Daniel et Philip Pullella COLOMBO, 13 janvier (Reuters) - Le pape François a appelé le Sri Lanka à faire la lumière sur les années de guerre civile qui ont déchiré le pays, afin de contribuer à la réconciliation entre communautés religieuses, mardi à Colombo, première étape de son deuxième voyage en Asie. Dès sa descente d'avion, dans un discours prononcé à l'aéroport de Bandaranaike, le pape a semblé plaider pour la formation d'une commission d'enquête sur le conflit séparatiste dont l'île est sortie en 2009. "Le processus de guérison doit aussi s'appuyer sur la recherche de la vérité, non pas pour rouvrir les vieilles blessures, mais pour la nécessaire promotion de la justice, de la guérison et de l'unité", a déclaré François. C'est l'une des promesses du chef de file de l'opposition, Maithripala Sirinesa, élu jeudi à la présidence et qui a accueilli le souverain pontife, entouré de troupes de danseurs et d'une chorale d'enfants. La jeep blanche dans laquelle le pape a pris place ensuite a été saluée par une rangée d'éléphants costumés pour l'occasion, avant de gagner la capitale. La lente progression du convoi dans la chaleur de la fin de matinée ayant fatigué le pape, âgé de 78 ans, ce dernier a annulé une rencontre avec des évêques mais maintenu un rendez-vous avec le président, a fait savoir l'Eglise du Sri Lanka. A 70% bouddhiste, le Sri Lanka compte 13% d'hindous, 10% de musulmans et 7% de catholiques. "SURMONTER LES DIVERGENCES" S'adressant visiblement au président sortant Mahinda Rajapaksa, battu après un accès de tensions religieuses, le pape a souhaité que les minorités soient mieux représentées. "Le grand chantier de la reconstruction doit permettre l'amélioration des infrastructures et répondre aux besoins matériels, mais aussi - et c'est plus important - promouvoir la dignité humaine, respecter les droits de l'homme et la pleine intégration de tous les membres de la société", a-t-il souligné. "L'incapacité à surmonter les divergences et les désaccords, qu'ils soient neufs ou anciens, attise des tensions ethniques et religieuses souvent accompagnées par des accès de violences", a ajouté le pape, dont le message a pris une résonance particulière après les attentats de Paris. Le conflit séparatiste qui a fait rage pendant 26 ans au Sri Lanka s'est achevé par la déroute de la guérilla tamoule, au terme d'une offensive gouvernementale qui a coûté la vie à 40.000 civils, selon une estimation de l'Onu. La fin de la guérilla a valu à Mahinda Rajapaksa le statut de héros national, mais le chef de l'Etat sortant s'est opposé à l'ouverture d'une enquête sur d'éventuels crimes de guerre. A Colombo, il doit canoniser mercredi le père Joseph Vaz, un prêtre indien qui a résisté au pouvoir colonial hollandais décidé à imposer le calvinisme à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe. Mercredi toujours, il priera pour la réconciliation au sanctuaire de Notre-Dame du Rosaire, à Madhu, ville de la région à dominante tamoule avant de gagner jeudi les Philippines, dont six millions d'habitants pourraient assister à la messe en plein air qu'il célébrera dimanche. François regagnera le Vatican lundi. (Jean-Philippe Lefief et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant