Srebrenica : 20 ans après, la Serbie refuse toujours le mot de génocide

le , mis à jour le
0
Srebrenica : 20 ans après, la Serbie refuse toujours le mot de génocide
Srebrenica : 20 ans après, la Serbie refuse toujours le mot de génocide

C'est une première. Le Premier ministre serbe, Aleksandre Vucic, a annoncé qu'il se rendrait le 11 juillet aux commémorations du 20e anniversaire du massacre de Srebrenica, qualifié de génocide par la justice internationale.

«Il est temps de montrer que nous sommes prêts à la réconciliation, que nous sommes prêts à nous incliner devant les victimes des autres», a déclaré le Premier ministre et d'ajouter : «Je me rendrai à Srebrenica et représenterai la Serbie la tête haute (...) La Serbie qui est capable de reconnaître que des individus ont commis des crimes. Nous condamnons chacun de ces crimes et que nous condamnerons en justice chacun de ces criminels.»

Pour certaines associations, comme celle des Mères de Srebrenica, cette venue signifie que la Serbie reconnaît que le massacre de 8000 hommes et garçons musulmans par les forces serbes bosniennes en juillet 1995, s'apparente bien à un génocide. Pas pour Aleksandre Vucic et la majorité des serbes : dans un récent sondage, 70% des Serbes continuent de nier la réalité d'un génocide mais reconnaissent à 54% la brutalité du massacre.

Depuis quelques années, les autorités serbes ont multiplié les gestes. Elles ont demandé pardon à genoux, se sont recueillies au mémorial où sont enterrées les victimes et déploré un crime odieux mais ont toujours refusé de parler d'un génocide. 

VIDEO. Le génocide de Srebrenica expliqué  

«Génocide», un mot tabou 

Pour l'analyste, Aleksandar Popov, l'incapacité des serbes à reconnaître le rôle qu'ils ont joué dans ce crime de masse explique l'attitude des politiques, qui font l'autruche : «Ils ne font que tenir compte de l'opinion publique pour ne pas perdre d'électeurs et, sans mentionner le mot génocide, emploient des périphrases qui reviennent à dire la même chose.»

Cette reconnaissance impliquerait surtout la remise en question de l'existence de la République serbe de Bosnie, une des deux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant