Sprint Nextel améliore encore son offre sur Clearwire

le
0
SPRINT NEXTEL RELÈVE UNE NOUVELLE FOIS SON OFFRE SUR CLEARWIRE
SPRINT NEXTEL RELÈVE UNE NOUVELLE FOIS SON OFFRE SUR CLEARWIRE

NEW YORK (Reuters) - L'opérateur télécoms américain Sprint Nextel a de nouveau relevé mardi son offre sur les 50% du fournisseur de services mobiles Clearwire qu'il ne détient pas encore, mais le nouveau prix proposé, 3,40 dollars par action, risque d'être jugé encore insuffisant par nombre d'actionnaires minoritaires.

L'offre, que Sprint Nextel présente comme étant "la meilleure possible et définitive", valorise Clearwire à 10,7 milliards de dollars (8,3 milliards d'euros).

Le 17 décembre, Sprint Nextel avait déjà porté son offre de 2,90 à 2,97 dollars par action. La nouvelle offre représente une majoration de 14% par rapport à ce prix.

L'action Clearwire, en hausse de 3,99% à 3,39 dollars sur le Nasdaq en début de séance, s'est alignée sur le nouveau prix.

Clearwire est également convoité par Dish Network, qui propose 3,30 dollars par action et cherche parallèlement à reprendre Sprint Nextel, lequel fait l'objet d'une offre d'achat amicale du groupe japonais Softbank.

Sprint Nextel a précisé avoir eu le consentement de Softbank pour relever son offre sur Clearwire.

Comcast, Intel et le câblo-opérateur Bright House Networks, qui détiennent à eux trois 26% de Clearwire, se sont quant à eux engagés à apporter leurs titres mais les analystes doutent que l'offre améliorée emporte l'adhésion d'autres actionnaires minoritaires.

Le fonds Taran Asset Management, qui détient plus d'un million d'actions de Clearwire, a ainsi fait savoir qu'il ne voterait pas en faveur de la proposition de Sprint Nextel et espérait toujours un prix compris entre cinq et sept dollars par action. "Nous savons que (Clearwire) vaut plus", a dit son patron Chris Gleason.

Quatre autres fonds, Mount Kellett Capital Management, Highside Capital Management, Glenview Capital Management et Chesapeake Partners Management étaient aussi vent debout contre la précédente offre.

"C'est un bon premier pas mais je crains que cette offre améliorée soit insuffisante pour garantir la transaction", commente l'analyste Kevin Roe, fondateur de Roe Equity Research.

Sinead Carew avec la contribution de Liana B. Baker, Véronique Tison pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant