Spotify confirme l'essor de la musique en flux qui attire toutes les convoitises

le
0
Spotify confirme l'essor de la musique en flux qui attire toutes les convoitises
Spotify confirme l'essor de la musique en flux qui attire toutes les convoitises

La musique en flux gagne du terrain et en franchissant la barre de 10 millions d'abonnés payants, Spotify confirme sa position de force dans un marché en pleine ébullition dont tous les grands de l'économie numérique mondiale veulent profiter.La plateforme suédoise, numéro un de la musique en flux, qui a annoncé mercredi compter 40 millions d'utilisateurs au total dans 56 pays, avait lancé en décembre une offre gratuite de son service sur mobiles et tablettes.Ce modèle "freemium" destiné à augmenter rapidement sa base d'abonnés en espérant les convertir dans un second temps à la version payante semble avoir fonctionné, et le groupe de Daniel Ek devrait aussi accélérer aux Etats-Unis grâce à un contrat récent avec l'opérateur télécom américain Sprint."On est dans une phase de conquête de nouveaux abonnés", explique Gilles Fontaine, analyste de l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms en Europe (Idate) qui estime que le modèle payant devrait rester la norme par rapport au modèle gratuit.Le streaming pourrait aussi faire perdre des "parts de marché" au téléchargement illégal. "Quand Spotify a atteint la taille critique en Norvège, on a vu une baisse du piratage", souligne M. Fontaine.Marginal encore il y a cinq ans, le streaming représente désormais 27% des parts de marché de la musique numérique (contre 67% pour le téléchargement légal), soit 28 millions d'abonnés, selon les chiffres 2013 de la Fédération internationale de l'industrie phonographique (IFPI).Pour la première fois l'an dernier, en France comme aux Etats-Unis, les ventes de musique en téléchargement ont baissé alors que la musique en flux continue à progresser, ce qui suggère que le streaming est appelé à devenir à terme le mode d'écoute dominant.Sur le marché clé des Etats-Unis, 33% de la population devrait écouter cette année de la musique en flux, contre un peu plus de 30% l'an dernier, selon les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant