Sportifs de haut niveau, de la gloire à la galère

le
0
Lucie Decosse, médaillée d'or de judo en - 70 kg, lors des JO 2012 à Londres.
Lucie Decosse, médaillée d'or de judo en - 70 kg, lors des JO 2012 à Londres.

La paupérisation des sportifs de haut niveau français est un phénomène qu'on ne peut plus nier. Alors que de nombreux pays européens ont engagé depuis plusieurs années un véritable travail de professionnalisation dans le sport, la France fait encore preuve d'une large paupérisation de ses sportifs de ses athlètes.

L'émission « Gloire et galère » diffusée dans Complément d'enquête le 19 mai dernier, mettait le doigt sur ce problème national, commun à tous les sports. Situation économique fragile pour des fédérations, revenus insuffisants pour les sportifs, fuite des talents français vers d'autres pays... Autant de faits qui imposent la réflexion. Déjà en 2015 le rapport Karaquillo faisait état de la mauvaise situation professionnelle et sociale de nos sportifs français. Constatant la précarité de nombre d'entre eux, ce rapport a émis une quarantaine de préconisations ayant conduit à la promulgation de la loi du 27 novembre 2015 visant à « protéger les sportifs de haut niveau et professionnels, et à sécuriser leur situation juridique et sociale ». Une loi qui permet d'apporter un soutien aux sportifs. Pour une fois, on ne cherche pas à lutter contre les dérives du sport, mais plutôt à assurer une aide en amont. Un an plus tard, si l'on se réfère aux interviews menées par Complément d'enquête, la situation ne semble pourtant pas débloquée. « La France gagnerait à donner plus à ces sportifs, une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant