Sport à la télévision : la rentabilité en question

le
0

Aujourd’hui, le sport reste – avec le cinéma – l’un des derniers programmes qui pousse le téléspectateur à s'abonner à une chaîne de télévision payante ou qui assure une forte audience aux chaînes commerciales. Mais pour les groupes de médias, le sport coûte cher. Très cher.

Les montants des droits sportifs déboursés par les chaînes n’ont cessé d’augmenter depuis quinze ans. Selon une étude du cabinet Deloitte, en 2014, les droits télévisés sportifs dans le monde s’élevaient à 24,6 milliards d’euros, en hausse de 14% alors que sur la période 2009-2013, le taux de croissance annuel moyen n'était que de 5%.

Des droits exponentiels

La hausse des droits de retransmission pourrait-elle dépasser les hausses de recettes enregistrées par les chaînes de télévision payante ? C’est toute la question. Prenons l’exemple du sport roi en Europe : le football. Il représente plus de 80% des sommes dépensées en droits par les chaînes télé. Son coût devient faramineux.

En Angleterre, le plus prestigieux des championnats de football (Premier League) a vendu des droits TV pour un montant record de 6,9 milliards d'euros aux opérateurs Sky et BT pour la période 2016-2019. Soit plus de 2 milliards d’euros par saison (+70% par rapport à la période 2013-2016).

Altice, la maison mère de SFR, a surpris tout le monde et a cassé sa tirelire pour diffuser ce championnat en

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant