Spirale dépressive, conte gothique et panier à salade : notre sélection cinéma

le
0
Spirale dépressive, conte gothique et panier à salade : notre sélection cinéma
Spirale dépressive, conte gothique et panier à salade : notre sélection cinéma

Chaque mercredi, La Matinale vous présente un choix de films à voir sur grand écran.

LA LISTE DE NOS ENVIES Cette semaine, on revêt sa panoplie d’aventurier cinéphile pour se perdre – tout en gardant le sourire – dans les méandres de la vie sentimentale d’une avocate interprétée par Virginie Efira, pour (re)découvrir l’un des secrets les mieux gardés du cinéma américain, pour accompagner des militants égyptiens broyés par la répression post-Morsi et pour parcourir le Vieux Continent rêvé par Michael Moore.

GRANDEUR ET SOLITUDE DE LA FEMME MODERNE : « Victoria », de Justine Triet

Festival de Cannes 2013. Une nouvelle génération s’annonce. Grandie dans le marasme économique, dopée à la débrouille, fleur bleue gorgée de sève noire, elle a poussé telle une mauvaise herbe sur le champ d’honneur de l’industrie du cinéma français. Parmi elle, Justine Triet, auteure d’une Bataille de Solférino débraillée et croustillante.

Trois ans plus tard, Victoria, son deuxième long-métrage, surprend pour le moins, eu égard à la rage burlesque du précédent. Cette comédie sentimentale précise et lustrée, épingle la spirale dépressive de Victoria Spik, interprétée par la délicieuse Virgine Efira. Avocate redoutée sur le versant social, Victoria ressemble sur son versant intime à un tas de cendres fumantes. L’action consiste ici à ensevelir la première sous la seconde, selon un faisceau de circonstances qui nous mènera – avec le sourire – du lamentable au tragique.

Car tout va de mal en pis pour Victoria, la hauteur et la longueur de cette chute conditionnant, comme dans toute...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant