Spinetta voit dans Juniac son successeur naturel chez Air France

le
0

PARIS (Reuters) - Jean-Cyril Spinetta, qui a repris lundi dernier les commandes d'Air France-KLM, déclare au Monde qu'il est "dans l'ordre des choses" qu'Alexandre de Juniac lui succède d'ici à 2014, même si rien n'a encore été tranché.

Avec l'éviction surprise de Pierre-Henri Gourgeon de la directeur générale d'Air France-KLM, Jean-Cyril Spinetta a retrouvé son fauteuil de PDG du groupe franco-néerlandais dont il a été l'un des "pères fondateurs".

Alexandre de Juniac, ex-directeur de cabinet de Christine Lagarde, a été de son côté nommé au poste nouvellement créé de PDG de la compagnie nationale Air France.

A la question de savoir si l'énarque de 48 ans sera son successeur, Jean-Cyril Spinetta répond, dans l'édition du Monde datée de mardi : "Cela serait dans l'ordre des choses, mais rien n'a été officiellement acté pour ma succession prévue d'ici à 2014. Il faut d'abord qu'il se plonge dans l'entreprise, qu'il s'y plaise et qu'il y réussisse. Ce sera ensuite à lui de dire comment il envisage la suite."

Jean-Cyril Spinetta et le directeur général délégué, le Néerlandais Leo Van Wijk, assureront la coordination stratégique du groupe jusqu'à la constitution d'une véritable holding Air France-KLM, repoussée de début 2012 à courant 2013.

Alexandre de Juniac est attendu à la mi-novembre à la tête d'Air France, après son audition par la commission de déontologie de la fonction publique.

Jean-Cyril Spinetta dit qu'il s'est "rallié bien volontiers" à la décision du comité de nomination de faire d'Alexandre de Juniac son PDG pour la compagnie Air France.

"Alexandre de Juniac n'était pas à la première place dans mes choix personnels, mais il était très haut dans l'ordre de mes priorités", explique-t-il.

Selon la presse, des divergences sur la nomination du nouveau patron d'Air France sont apparues entre Jean-Cyril Spinetta et Pierre-Henri Gourgeon et ont contribué à l'éviction de ce dernier, qui préférait Alexandre de Juniac à Lionel Guérin, le patron de la filiale low cost Transavia.

Dans Le Monde, Jean-Cyril Spinetta fait seulement état de "divergences d'appréciation" (...) "cristallisées en conflit de légitimité" avec son ex-dauphin.

"Je ne suis ni un tueur, ni un flingueur, même souriant", dit-il.

Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant