Spie pourrait lever jusqu'à 1,2 milliard d'euros en Bourse

le
0

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Spie a annoncé lundi les modalités de son introduction en Bourse, grâce à laquelle il pourrait lever jusqu'à 1,2 milliard d'euros début octobre, dont 525 millions d'euros par l'intermédiaire d'une augmentation de capital.

Le groupe d'ingénierie électrique a fixé pour son offre une fourchette indicative de prix comprise entre 15 et 18,30 euros par action. En cas d'exercice total de l'option de surallocation, la cession des actions existantes pourrait représenter un montant brut allant de 599 à 694 millions d'euros.

Lors d'une conférence téléphonique, Gauthier Louette, le PDG de la société, a indiqué que l'introduction en Bourse devrait permettre à l'entreprise d'atteindre une capitalisation boursière comprise entre 2,25 et 2,75 milliards d'euros.

Comme Spie l'avait déjà indiqué en juillet, l'augmentation de capital qui accompagnera cette mise sur le marché permettra de désendetter l'entreprise, dont la dette nette s'élevait à 1,464 milliard d'euros à la fin juin, soit 4,1 fois l'Ebitda (résultat avant intérêts, impôts, amortissements et provisions).

Gauthier Louette a précisé que l'objectif était de ramener la dette à 2,5 fois l'Ebitda à la fin de l'année.

A l'occasion d'une conférence de presse, le PDG de Spie a précisé que l'introduction en Bourse devrait permettre de mettre sur le marché entre 35% et 48% du capital de l'entreprise, et non pas entre 25% et 35% comme il l'avait indiqué par erreur plus tôt dans la matinée.

D'après le calendrier de l'IPO, l'offre à prix ouvert débute ce lundi pour se clôturer le 8 octobre. Le placement global débutera lundi également et se clôturera le 9 octobre.

La première cotation des actions Spie sur Euronext Paris est prévue le 10 octobre.

Créée en 1900 par le baron Empain pour les travaux d'infrastructures électriques du métro de Paris, l'entreprise a pris le nom de Société parisienne pour l'industrie électrique (Spie) en 1946. Elle a fait partie du groupe de construction Spie Batignolles de 1968 à 2003.

Le groupe Spie compte parmi ses principaux clients Total, EDF mais aussi le club de football de Manchester United dont il gère la maintenance des installations d'entraînement, ou la Tate Gallery à Londres dont il supervise toute la climatisation.

Présent dans plus de 30 pays, le groupe Spie emploie quelque 37.200 personnes. Au premier semestre de l'année, son résultat net a atteint 7 millions d'euros.

(Avec Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant