Spie peine à séduire les investisseurs pour son IPO

le
0
SPIE PEINE À SÉDUIRE LES INVESTISSEURS
SPIE PEINE À SÉDUIRE LES INVESTISSEURS

par Freya Berry

LONDRES/PARIS (Reuters) - Spie a du mal à séduire les investisseurs en vue de son entrée à la Bourse de Paris dans un contexte de marché difficile, rapportent mercredi deux sources au fait du dossier selon lesquelles le carnet d'ordres n'est pas rempli à la veille de la clôture et de la fixation du prix définitif de l'IPO.

Le groupe français d'ingénierie électrique ambitionne de lever jusqu'à 1,2 milliard d'euros, notamment par le biais d'une augmentation de capital dans le cadre de la transaction qui valoriserait la société jusqu'à 2,75 milliards d'euros.

Après deux semaines de marketing auprès des investisseurs, Spie pourrait du coup revoir son projet, selon les sources, expliquant que les débuts décevants des dernières introductions en Bourse en Europe, comme celle de l'allemand Rocket Internet, les inciteraient à rester à l'écart des nouvelles mises sur le marché.

"Le marché n'est pas fermé mais il est devenu plus difficile. Les investisseurs sont plus sélectifs", explique un banquier d'affaires parisien. "Déjà avant l'été, les choses ont commencé à se compliquer."

Il dit notamment que l'introduction en Bourse à Paris de Worldline, filiale d'Atos, a été réalisée fin juin dans le bas de la fourchette indicative de prix.

Depuis ses débuts en Bourse le 2 octobre, l'action Rocket Internet a perdu près de 22% de sa valeur. Introduit au prix de 16,40 euros, le titre Worldline s'échange désormais à 15,66 euros.

Le groupe Spie propose de souscrire à son IPO à un prix compris entre 15 et 18,30 euros, les salariés ayant la possibilité d'y participer avec une décote.

Spie et le fonds Ardian, l'un des principaux actionnaires du groupe français, n'ont pas souhaité faire de commentaire sur les informations concernant le carnet d'ordres de l'IPO. La société d'investissement Clayton Dubilier & Rice et la Caisse de dépôt et placement du Québec, autres actionnaires de Spie, n'étaient pas joignables dans l'immédiat.

Selon des sources industrielles, les difficultés de Spie pourraient avoir un impact sur le projet d'introduction en Bourse de la société de blanchisserie industrielle Elis prévue pour cet automne.

(Freya Berry à Londres et Matthieu Protard à Paris avec Gwénaëlle Barzic, édité par Jean-Michel Belot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant