Spectaculaire braquage en plein Paris

le
0

PARIS (Reuters) - Deux malfaiteurs ont attaqué mardi en fin de journée à Paris une bijouterie Cartier proche des Champs-Elysées avant d'être pris en chasse par la police et de se rendre à l'issue d'une prise d'otage, a-t-on appris de source policière.

Poursuivis du 8e jusqu'au 15e arrondissement, près du métro Pasteur, les deux hommes ont abandonné leur scooter pour aller se barricader dans un salon de coiffure, dont ils ont pris le gérant en otage.

Cernés par les forces de l'ordre, ils ont relâché leur otage avant de poser leurs armes et de sortir les mains en l'air vers 20h45, a raconté sur BFM-TV un témoin. Ils ont été aussitôt maîtrisés par les policiers.

"Un négociateur a pu prendre contact avec eux et ils sont sortis selon le protocole", que nous avions fixé, a précisé François Mollins, le procureur de la République de Paris.

Les malfaiteurs, dont un armé d'une Kalachnikov, avaient auparavant attaqué vers 18h30 la bijouterie Cartier de la rue François-Ier.

Ils ont ensuite pris la fuite avec un butin contenu dans une mallette en prenant en otage une employée du magasin, a rapporté Abdel Didouhe, du syndicat de police Alliance, sur i>Télé.

"Ils l'ont relâchée au milieu de la place bondée de monde. Un des individus a sorti une arme de poing et a tiré au ciel. Il y a eu des coups de feu par la suite avec nos collègues", a-t-il raconté.

Les malfaiteurs, dont un blessé, ont ensuite abandonné leur scooter et une arme à la suite d'un accident, avant de descendre dans le métro puis d'en ressortir par une autre porte pour aller se réfugier dans un salon de coiffure, dans une petite rue.

Tandis qu'un hélicoptère survolait le quartier, d'importantes forces de l'ordre ont pris position dans le quartier.

Un négociateur les a ensuite persuadés de se rendre. Le butin a été retrouvé, a précisé François Mollins.

(Nicolas Bertin, édité par Gérard Bon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant