Spécial placements : miser sur le risque

le
0
Spécial placements : miser sur le risque
Spécial placements : miser sur le risque

Notre expert : Claire Castanet, directrice des relations avec les épargnants à l'Autorité des marchés financiers.

Les épargnants désireux de réaliser très rapidement de grosses plus-values pourront se tourner vers les marchés financiers les plus risqués. A condition d'avoir le c½ur bien accroché et d'être préparés à tout perdre. Autrefois, les banques réservaient à leurs clients fortunés les fonds les plus performants et pointus, mais présentant un risque considérable. Ces derniers étaient investis dans un secteur de niche - très petites entreprises en difficulté, pays asiatiques en développement, high-tech... - et offraient parfois des rendements stratosphériques, jusqu'à 20 % par mois. Mais la crise de 2008, au cours de laquelle la Bourse a dévissé de 50 % en quelques semaines, a tout balayé. « Depuis, tous les intervenants offrent des placements calibrés en termes de risque », explique Alain Pitous, directeur général de Talence Gestion. Difficile donc de trouver un produit miracle qui fera votre fortune tout en conservant une certaine liquidité. Si vous réalisez un investissement en direct dans un pays exotique, il cumulera les risques : de solvabilité (l'entreprise fait faillite), de marché (la Bourse locale se retourne), de change (la monnaie locale décroche face à l'euro, ce qui annihile votre gain en devises) et de liquidité (le pays met en place un contrôle des changes qui vous empêche de récupérer votre argent...). « Aujourd'hui, il existe des placements traditionnels quasiment aussi rentables que ces "placements adrénaline", ils sont à privilégier, car leur niveau de risque est moindre », souligne Alain Pitous.

Start-up ou secteurs de niche

Pour appâter le chaland, des plateformes d'investissement sur le Forex, le marché international des changes, où sont achetées et vendues des devises 24 heures sur 24, promettent, à grand renfort de publicité, des gains ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant