Spanghero placée en liquidation avec poursuite d'activité

le
1
SPANGHERO EN LIQUIDATION JUDICIAIRE
SPANGHERO EN LIQUIDATION JUDICIAIRE

TOULOUSE (Reuters) - La société Spanghero, mise en cause dans le scandale de la viande de cheval étiquetée "boeuf", a annoncé vendredi avoir été placée en liquidation judiciaire, avec poursuite d'activité pour une période de trois mois afin de rechercher un repreneur.

L'entreprise de Castelnaudary (Aude), qui emploie environ 300 personnes, dit dans un communiqué avoir subi un recul de 50% de son chiffre d'affaires en raison des réductions ou des suspensions de commandes de ses clients et distributeurs.

Malgré un changement de dirigeants et "tous les efforts financiers, commerciaux et managériaux envisageables", Spanghero a été placée en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Carcassonne, peut-on lire.

"Cette issue est douloureuse pour nous tous", déclare dans le communiqué Barthélémy Aguerre, président du conseil d'administration de l'entreprise. "Nous en mesurons les conséquences sociales pour les salariés, mais le maximum a été fait pour redresser l'entreprise."

Des mesures de chômage partiel ont déjà été appliquées ces dernières semaines dans l'entreprise, propriété de la coopérative basque Lur Berri. Le communiqué précise qu'il appartiendra à l'administrateur judiciaire de mettre en place un plan social pour adapter l'emploi au niveau d'activité.

"Pour l'instant, on n'est pas sur du chômage (pour tous les employés), on est simplement sur une liquidation judiciaire avec continuité de l'activité", a souligné Jean-Luc Fraisse, secrétaire départemental de la CFDT.

"Rien n'est sûr, rien n'est réglé (...) Ce qui est sûr aujourd'hui c'est qu'un appel d'offres pour un éventuel repreneur est lancé, donc que Lur Berri jette l'éponge."

La mairie de Castelnaudary indique dans un communiqué qu'une réunion du comité de suivi de l'entreprise devrait se tenir la semaine prochaine "en vue d'une action la plus rapide possible tenant compte de cette nouvelle situation".

Cette réunion devrait être coordonnée par la directrice de cabinet du ministre délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot, précise la mairie.

En février, Spanghero a été soupçonnée d'avoir écoulé 750 tonnes de viande équine après la découverte de cheval dans des plats cuisinés étiquetés "boeuf" dans plusieurs pays d'Europe - un scandale dans lequel la France est la plus touchée.

Privée pendant quelques jours de certains agréments sanitaires, la société a annoncé l'abandon de son activité de négoce pour se recentrer sur les activités de découpe, de préparation de viande et de fabrication de produits à base de viande.

La direction s'est défendue de toute tromperie délibérée dans cette affaire, et a plaidé à nouveau la bonne foi en mars après avoir admis détenir 57 tonnes de mouton congelé, interdites à la vente en raison du procédé utilisé pour détacher la viande de la carcasse.

Jean Décotte, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6197799 le vendredi 19 avr 2013 à 18:56

    Tout le monde, journalistes en tête , a tiré sur cette société avant que la justice n'ait pu juger. Présomption de culpabilité, résultat : 300 futurs chômeurs ! Quand comprendrez vous qu'une société, ce n'est pas un s... de patron, mais avant tout des salariés ?