Spanghero abandonne son activité de négoce

le
0
ABANDON DE L'ACTIVITÉ DE NÉGOCE POUR SPANGHERO
ABANDON DE L'ACTIVITÉ DE NÉGOCE POUR SPANGHERO

PARIS (Reuters) - La société Spanghero, soupçonnée dans le scandale de la viande de cheval étiquetée comme du boeuf, a annoncé vendredi l'abandon de son activité de négoce après le maintien par le gouvernement de la suspension de son agrément pour ce type d'activité.

Elle a décidé, en revanche, de se recentrer sur les activités de découpe, de préparation de viande et de fabrication de produits à base de viande, pour lesquelles tous les agréments nécessaires ont été définitivement confirmés.

Ces activités constituent son "coeur de métier", alors que celles d'entreposage de matières premières congelées ne représentent que 2% de son chiffre d'affaires, souligne l'entreprise dans un communiqué.

Les dirigeants de la société, qu'ils disent "en grand danger", rappellent que les services vétérinaires n'ont relevé aucune non-conformité sur les matières premières ou les produits élaborés, "qui se sont tous révélés de bonne qualité".

"Toutefois, la relance de l'activité est conditionnée au retour rapide des commandes, ce qui peut demander un peu de temps", précisent-ils dans un communiqué.

Pour les matières premières congelées, le ministère de l'Agriculture attendait vendredi les résultats des investigations menées sur 90% des stocks présents avant de prolonger ou lever la suspension décidée la semaine dernière.

Or, les conclusions de cette enquête ont conduit "à maintenir la suspension de l'agrément sanitaire de cet entrepôt et à maintenir les produits stockés ou y entrant sous contrôle officiel renforcé", a-t-il indiqué dans un communiqué.

ENQUÊTE AUX PAYS-BAS

Cette suspension restait provisoire, dans l'attente de l'analyse de deux lots complémentaires, mais Spanghero a préféré en tirer les conséquences sans attendre.

Parallèlement, l'enquête sur la fraude s'oriente vers le "rôle central" qu'un trader localisé aux Pays bas semble avoir tenu dans cette affaire, précise le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, dans un communiqué.

Il demande donc aux autorités néerlandaises de communiquer les informations sur l'enquête conduite dans les entrepôts par lesquels ces produits étiquetés comme du boeuf ont transité dans ce pays.

La viande de cheval, partie de Roumanie, a transité aux Pays-Bas avant d'arriver chez Spanghero, à Castelnaudary, dans l'Aude.

Dans le Rhône, la préfecture a lancé vendredi une importante opération de contrôle des réseaux de distribution pour s'assurer du retrait effectif des denrées alimentaires susceptibles de contenir de la viande de cheval non signalée sur les emballages.

Ainsi, 220 grandes surfaces, supérettes et commerces de proximité ont été contrôlés en une semaine par la direction départementale de protection des populations.

Des boîtes de lasagnes et de moussaka Findus contenant de la viande de cheval ont été découverts par les inspecteurs dans cinq de ces commerces et retirées de la vente.

Gérard Bon, avec Catherine Lagrange à Lyon et Marion Douet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant