Southampton s'est mis à Puel

le
0

Arrivé à Southampton cet été, Claude Puel a réussi à poser en l'espace de quelques mois sa patte en Angleterre pour conquérir un pays qui n'avait plus de grande confiance envers les entraîneurs français. Grâce à un travail sans révolution, un retour à la formation et une philosophie qu'il dessine depuis maintenant vingt ans.

La brosse poivre et sel est humide. Le St. Mary's Stadium de Southampton n'a pas vraiment eu le temps d'appréhender le personnage qu'il s'est déjà fondu dans le décor. Depuis le premier jour, Claude Puel n'a pas changé. Sa philosophie s'est écrite ainsi : "Il faut essayer d'avoir des profils sachant réciter la même partition. (...) On a moins de moyens, alors on s'efforce de rassembler des joueurs dont le profil correspond au jeu pratiqué par l'équipe." Il y a eu Monaco, Lille, Lyon et surtout Nice. Il y a donc maintenant la difficulté suprême : s'exporter avec ses idées et les faire accepter. Alors, le– août dernier, il a d'abord regardé avec prudence, enfoncé dans son siège. Puis, rapidement, il s'est agité, a balancé ses bras pour dessiner les mouvements géométriques qui ont assis sa crédibilité sur un banc. Un peu plus loin, Walter Mazzarri, fraîchement débarqué lui aussi dans le Royaume et calé sous son costume de Watford, appréhende l'histoire à sa manière alors qu'Étienne Capoue balance son sourire d'entrée.


Le début de saison des Saints s'est peut-être joué à cet instant. Dans la tête de Puel et dans le silence d'un vestiaire. Car, à la pause du premier match de sa vie en Premier League, le Français a pris la parole avec autorité, comme le racontait il y a quelques semaines Oriol Romeu au Guardian : "À la mi-temps, il a parlé très fort. Il voulait simplement nous voir plus combatifs et qu'on prenne plus de responsabilités sur le terrain. On était tous un petit peu timides." Et Southampton est revenu sur une belle volée de Redmond. La suite ? Trois nouvelles semaines pour parfaire l'apprentissage – deux défaites et un nul à domicile contre Sunderland (1-1) – et une série de cinq matchs sans revers dont un nul marquant à l'Etihad Stadium de Manchester (1-1). Les deux dernières contre-performances des Saints ont ramené du calme, mais il faut se le dire : Claude Puel a réussi son mariage anglais.
[BRLire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant