Southampton, la fin de l'été indien ?.

le
0
Southampton, la fin de l'été indien ?.
Southampton, la fin de l'été indien ?.

Annoncé comme la grande victime du marché des transferts après la perte de son entraîneur et de plusieurs joueurs cadres, Southampton est aujourd'hui l'équipe surprise de Premier League. Avec un coach en pleine confiance, un Schneiderlin épanoui et des recrues intégrées. Mais à l'heure d'entamer une série de matchs contre les gros bras du championnat, les Saints peuvent-ils vraiment espérer prolonger l'état de grâce ?" C'est notre objectif, qu'au premier septembre, vous puissiez me regarder dans les yeux et dire "Quand je regarde de manière globale en mettant les émotions de côté, nous avons une meilleure équipe, plus profonde, que l'année passée"". Lorsqu'en milieu de mercato estival, Ralph Krueger parlait ainsi, la plupart des observateurs prenaient le président de Southampton au mieux pour un naïf, au pire pour un mythomane. " J'ai beaucoup de respect pour Southampton et son président, mais les propos qu'il a tenus pendant le mercato, personne ne les a crus. Quand vous perdez vos cinq meilleurs joueurs et vous expliquez que votre équipe va être meilleure que l'année d'avant, c'est plus un vœu pieux, " analyse Jacques Crevoisier. L'ancien adjoint de Gérard Houllier à Liverpool a suivi l'été des Saints, et comme beaucoup, ne donnait pas cher de leur peau au mois d'août : " Quand vous perdez Shaw, Lovren, Lallana, Chambers, voire Lambert malgré son âge, cela fait beaucoup. " Crevoisier aurait pu ajouter Mauricio Pochettino, entraîneur apprécié du côté de St Mary. Son départ pour Tottenham, annoncé fin mai, avait d'ailleurs donné le ton du mercato et suscité les craintes des fans. Si bien que le président Ralp Krueger avait dû monter en première ligne pour faire de la communication de crise. Au menu, une leçon d'optimisme : " On a fait ce qu'il était possible de faire (pour conserver Pochettino, ndlr). Je ne veux pas spéculer sur les raisons. Ce qui nous intéresse, c'est ce qu'il se passe maintenant. Notre board joue cartes sur tables, et notre but est de continuer à grandir ". Un peu de bluff aussi : " On a des entraîneurs européens de toute première qualité qui frappent à notre porte, des joueurs de toute première qualité et leurs agents qui frappent à notre porte. ". Et un mot pour la grande patronne, Katharina Liebherr, propriétaire depuis la mort de papa, et confortablement tapie dans l'ombre : " Katharina Liebherr a été incroyable depuis qu'elle est ici. Elle veut faire le nécessaire pour aider le club, elle est curieuse, a suivi étroitement toutes les négociations. Elle est excitée à l'idée de travailler au futur du club. " Avant une conclusion savoureuse : " On a un total contrôle de la situation, avec nos joueurs clés sous contrats longues durées. ".
" Y a-t-il encore assez de joueurs pour faire une équipe ? "?
Les supporters des Saints...

" C'est notre objectif, qu'au premier septembre, vous puissiez me regarder dans les yeux et dire "Quand je regarde de manière globale en mettant les émotions de côté, nous avons une meilleure équipe, plus profonde, que l'année passée"". Lorsqu'en milieu de mercato estival, Ralph Krueger parlait ainsi, la plupart des observateurs prenaient le président de Southampton au mieux pour un naïf, au pire pour un mythomane. " J'ai beaucoup de respect pour Southampton et son président, mais les propos qu'il a tenus pendant le mercato, personne ne les a crus. Quand vous perdez vos cinq meilleurs joueurs et vous expliquez que votre équipe va être meilleure que l'année d'avant, c'est plus un vœu pieux, " analyse Jacques Crevoisier. L'ancien adjoint de Gérard Houllier à Liverpool a suivi l'été des Saints, et comme beaucoup, ne donnait pas cher de leur peau au mois d'août : " Quand vous perdez Shaw, Lovren, Lallana, Chambers, voire Lambert malgré son âge, cela fait beaucoup. " Crevoisier aurait pu ajouter Mauricio Pochettino, entraîneur apprécié du côté de St Mary. Son départ pour Tottenham, annoncé fin mai, avait d'ailleurs donné le ton du mercato et suscité les craintes des fans. Si bien que le président Ralp Krueger avait dû monter en première ligne pour faire de la communication de crise. Au menu, une leçon d'optimisme : " On a fait ce qu'il était possible de faire (pour conserver Pochettino, ndlr). Je ne veux pas spéculer sur les raisons. Ce qui nous intéresse, c'est ce qu'il se passe maintenant. Notre board joue cartes sur tables, et notre but est de continuer à grandir ". Un peu de bluff aussi : " On a des entraîneurs européens de toute première qualité qui frappent à notre porte, des joueurs de toute première qualité et leurs agents qui frappent à notre porte. ". Et un mot pour la grande patronne, Katharina Liebherr, propriétaire depuis la mort de papa, et confortablement tapie dans l'ombre : " Katharina Liebherr a été incroyable depuis qu'elle est ici. Elle veut faire le nécessaire pour aider le club, elle est curieuse, a suivi étroitement toutes les négociations. Elle est excitée à l'idée de travailler au futur du club. " Avant une conclusion savoureuse : " On a un total contrôle de la situation, avec nos joueurs clés sous contrats longues durées. ".
" Y a-t-il encore assez de joueurs pour faire une équipe ? "?
Les supporters des Saints...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant