Soutenir l'islamisme, c'est entrer dans le djihadisme

le
0
Capture d'écrans du site Internet www.stop-djihadisme.gouv.fr mis en ligne en le 28 janvier 2015 par le gouvernement français dans le cadre de la lutte contre le djihadisme.
Capture d'écrans du site Internet www.stop-djihadisme.gouv.fr mis en ligne en le 28 janvier 2015 par le gouvernement français dans le cadre de la lutte contre le djihadisme.

L’islamisme politique est le garant du djihadisme et de ses adeptes, psychopathes ou non, prévient l’écrivaine et sociologue Chahla Chafiq.

De nouveaux plans de massacres djihadistes en France, sans armes à feu, mettent en scène l’imagination funeste de leurs auteurs. Leur monstruosité interroge sur l’état psychique des assassins. Des données sur l’auteur du massacre de Nice révèlent un homme fortement perturbé et facilement violent. Il apparaît aussi qu’il ne respectait pas les interdits religieux et semblait donner libre cours à ses désirs sexuels sans se soucier du licite et de l’illicite. Ce n’est que récemment que ses propos ont trahi une tendance islamiste.

Surgit alors, dans la bouche des experts et des responsables politiques, la notion de « radicalisation rapide ». Il s’est ensuite avéré que l’attentat de Nice a été préparé, et que son auteur a profité du soutien de complices. La folie de l’homme violent n’a donc eu aucun mal à être partagée. C’est aussi le cas de l’assassin du prêtre Jacques Hamel. Décrit comme un jeune assez troublé et très influençable, d’après ce que nous savons, il a imaginé et mis en œuvre son plan à l’aide de personnes qui l’ont inspiré et orienté, des personnes qu’il n’a pas rencontrées que sur Internet.

Supposons qu’un examen psychologique atteste que les auteurs de ces attentats étaient des psychopathes aux fantasmes meurtriers, faudrait-il pour autant oublier que ces assassins ont trouvé, dans le djihadisme, le contenu, le guide et le soutien effectif (virtuel et non virtuel) pour mettre en œuvre leurs fantasmes ? La folie meurtrière qui imprègne leurs actes doit-elle dissim...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant