Sous pression, Michy Batshuayi fait face et... tacle

le
0

Pas épargné par les critiques, Michy Batshuayi, l'attaquant de Marseille, revient sur une deuxième saison délicate sur la Canebière. Interrogé dans les colonnes du JDD, le Diable Rouge ne compte pas fuir ses responsabilités, même s'il y a apparemment quelques circonstances atténuantes.

Malgré treize buts inscrits cette saison en championnat, Michy Batshuayi (22 ans), l’attaquant de l’Olympique de Marseille, n’est pas été épargné par les critiques. Que ce soit pour un certain manque d’efficacité et pour des lacunes persistantes dans le jeu de l’ancien joueur du Standard Liège, qui n’avait pas de vrai concurrent jusqu’aux dernières heures du Mercato d’hiver et l’arrivée sous la forme d’un prêt de Steven Fletcher. « Après ce match (ndlr : contre Nice, le 14 févier dernier), je suis resté à la maison sans parler à peine à ma copine, a expliqué l’international belge - qui reste tout de même dans le viseur de plusieurs écuries de Premier League - dans les colonnes du JDD. Je me suis puni tout seul en annulant toutes mes sorties car j'aurais dû mettre l'équipe à l'abri. Je suis fort strict avec moi-même. À l'entraînement, je fais du rab devant le but dès que le coach (Michel) m'en donne l'autorisation. Mais il freine le plus souvent car il a peur que je me blesse. Pourtant, j'ai besoin de répéter mes tirs pendant la semaine, comme un basketteur. L.Diarra ? Après l'égalisation niçoise, il s'est énervé : "Garde la tête froide ! Concentre-toi plus sur ton placement, bosse tes appels!" Sa critique était légitime car je n'avais pas fait mon job. »

Mieux avec Fletcher ?

Alors que l’OM a régulièrement évolué en 4-3-3 ou en 4-2-3-1 depuis le début de la saison, l’association entre Michy Batshuayi et Steven Fletcher, qui est actuellement prêté par Sunderland, peut-elle être une solution pour régler les problèmes offensifs de l’Olympique de Marseille version Michel ? « Dans le vestiaire, on s'est dit avec d'autres joueurs que l’on avait aimé ce nouveau système (ndlr : contre Bilbao en seizièmes de finale retour de la Ligue Europa, jeudi dernier), analyse le Diable Rouge. Lui et moi sommes complémentaires. Ce n'est pas un Britannique stéréotypé pour jouer de la tête. Il est fort au sol, technique. Je suis content d'avoir passé 90 minutes à ses côtés, car le jour de son arrivée j'avais compris qu'il venait pour jouer avec moi, pas à ma place. »

L’héritage des anciens

Surpris du manque de résultats du club du président Vincent Labrune, Michy Batshuayi doit aussi apprendre à composer avec la pression des supporters phocéens, qui ont vu passer des attaquants de premier plan tels que Jean-Pierre Papin et Didier Drogba. « Je ne m'attendais pas à vivre autant de bas dans ce club au passé glorieux, reconnaît l’ex-Rouche. Mais j'en suis autant responsable que les autres. (…) Dans les couloirs du Vélodrome, il y a des photos de Papin, Boksic, Drogba… Ils ont ­mérité d'y être. Vu mon niveau actuel, il ne faut pas m'associer à eux. Je ne suis pas trop content de moi car je manque de régularité, mon péché mignon. Mais je suis tombé amoureux de ce club, je ne pourrai jamais partir sans avoir marqué les esprits. Des Belges l'ont fait : Goethals, Van Buyten… Je veux être le prochain. S'en aller par la petite porte, ce n'est pas bien. C'est pourquoi j'ai prolongé mon contrat récemment (jusqu'en 2020). »

Les Phocéens ne forment plus une famille

Mais il faudra encore patienter pour réellement juger la saison de Michy Batshuayi, qui va devoir passer à la vitesse supérieure pour espérer accrocher le bon wagon dans l’optique de l’Euro 2016. S’il reconnaît que le groupe marseillais est moins lié cette saison, (« Nous étions une famille, ce n'est plus le cas cette année »), le Belge préfère attendre avant de porter un jugement sur le travail de son coach. Même si on peut faire une vraie idée entre les lignes : « Je préfère ne pas répondre. Je suis joueur, je ne suis pas là pour juger mon coach. Seul le classement final donnera la réponse ». Vraiment ? 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant