Sous la pression des prix, le marché des cigarettes chute

le
8
En 2013, les volumes ont diminué de 7,6% à 7,7% pour atteindre 47,5 milliards, en France. Un nouveau recul qui fait suite à celui de près de 5% en 2012.

Cette fois-ci l'impact est bien réel. Après sept années de stabilisation malgré les hausses de 6% à 7% infligées par le gouvernement Fillon à partir de 2009, les ventes de cigarettes poursuivent leur net recul. En 2013, elles ont baissé de 7,7% en volume à 47,5 milliards, selon Les Echos qui cite des «premières remontées statistiques annuelles». Le président de la confédération des buralistes Pascal Montredon avance lui une baisse de 7,6%. Une diminution qui fait suite à celle de 2012 d'un peu moins de 5%.

Pour expliquer cette évolution, Pascal Montredon évoque les hausses successives du prix du paquet de cigarettes de ces derniers mois, voulues par les industriels afin de répercuter le relèvement de la TVA et l'augmentation de la part qui revient aux buralistes. 80% du prix du tabac est constitué de taxes, 8,74% reviennent aux buralistes, et le solde aux fabricants. Le 13 janvier prochain, le paquet de cigarettes augmentera encore de 20 centimes, faisant passer le tarif le plus élevé (Marlboro) de 6,80 à 7 euros, contre 5,35 euros en 2009. Après les hausses de 40 centimes en octobre 2012 et de 20 centimes en juillet dernier, il s'agit de la troisième hausse en 15 mois.

Autre explication du recul des ventes de cigarettes: le marché parallèle (Internet, ventes frontalières...) «qui représente entre 23% et 24% de la consommation». Quant à la cigarette électronique, «elle doit avoir un impact oui, mais pas aussi important que le marché parallèle», selon lui. À ce sujet, une enquête nationale en France auprès de 15.000 personnes âgées de 15 à 75 ans sera publiée au troisième trimestre, a annoncé lundi l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé.

Quoi qu'il en soit, cette nouvelle baisse des ventes de cigarettes ne satisfait pas les buralistes qui réclame d'urgence «un moratoire sur les prix du tabac et une lutte contre le marché parallèle», a déclaré Pascal Montredon. Les industriels souhaitaient une hausse qui permette de répercuter le relèvement de la TVA et l'augmentation de la part qui revient aux buralistes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • VegaM le mercredi 8 jan 2014 à 12:38

    si la cigarette électronique n'a pas d'impact sur les ventes des cigarettes, qu'ils arrêtent de nous casser les pieds avec leur interdictions de cigarettes électroniques et qu'ils laissent les consommateurs qui veulent se convertir en e-cigarettes le faire tranquillement.

  • ssierge le mardi 7 jan 2014 à 21:11

    Et à ce prix-là, il y en a encore qui fument... Vu le coût mensuel, la cigarette est un signe extérieur de richesse incontestable. A 200 euros mensuels pour un paquet quotidien, ça laisse largement de quoi se payer des activités qui faciliteraient l'arrêt du tabac.

  • ssierge le mardi 7 jan 2014 à 21:07

    Attention à l'info biaisée. Quand ils disent que "80% du prix du tabac est constitué de taxes", cela veut dire que l'Etat ponctionne 400% du prix hors taxes. Plus sensationnel certes, mais plus réaliste aussi. Pour comparaison, personne n'a jamais dit que la TVA représentait 16.67% du prix d'un article, mais bien 20% du prix HT.

  • dupon666 le mardi 7 jan 2014 à 16:05

    une info qu'il faut bien lire....pas de quoi se rejouir si c'est le luxembourg qui encaisse les taxes et la france qui soigne les malades

  • remimar3 le mardi 7 jan 2014 à 13:03

    on devrait se réjouir de cette info. cette cigarette est une vraie plaie pour notre pays, d'autant plus que l'argent des cigarettes ne va pas au renflouement de la sécu qui est malgré tout obligée de payer pour tout ceux qui abusent de la clope. m'enfin, ça fait des cobayes en plus pour les nouveaux traitements chimio.

  • supersum le mardi 7 jan 2014 à 11:17

    La sanction sera moins de recettes fiscales et effondrement de l'économie, comme l'immobilier locatif

  • jack-no le mardi 7 jan 2014 à 10:26

    A force de prendre les consommateurs pour des vaches à lait, et respectueux des Lois et Traités tant français qu'européens, je fais mes courses en Espagne, sans état d'âme.

  • muck12 le mardi 7 jan 2014 à 10:11

    n importe quoi