Source se considère à l'abri des critiques sur les ETF

le
0
(NEWSManagers.com) -

Plusieurs régulateurs nationaux, après un rapport du Conseil de stabilité financière (CSF ou FSB en anglais) ont critiqué ces derniers temps les risques que peuvent comporter les ETF, alors que ce genre de véhicule connaît une vogue croissante auprès des investisseurs. Source, qui a été lancé par six grandes banques (Morgan Stanley, JPMorgan, Merrill Lynch, Goldman Sachs, Nomura et Credit suisse), et qui aligne déjà une petite centaine de produits, a réagi par l'intermédiaire de Ludovic Djebali, son executive director, à l'occasion d'un passage à Paris fuin juin.

Les questions soulevées sont relativement simples : " en ce qui concerne les critiques du Conseil de stabilité financière" , note le manager, " on retient surtout une volonté de meilleure communication sur les risques de contrepartie que peuvent comporter les ETF à réplication physique et synthétique. Pour la première méthode de réplication, il est nécessaire de clarifier et donner plus de transparence sur les opérations de prêt de titres, la recherche de revenus supplémentaires pouvant aboutir à un manque de clarté et une prise de risque pour l' investisseur en cas de défaut de l' emprunteur" .

Source est connu, comme db x-trackers ou Lyxor Asset Management, pour privilégier la réplication synthétique et, reconnaît Ludovic Djebali, cette formule comporte aussi " des risques identifiés et pour lesquels notre modèle unique en architecture ouverte créé en 2009, apporte des solutions concrètes. Créé post Lehman brothers, Source a développé un modèle reposant sur plusieurs banques qui sont contreparties des produits afin de limiter l' impact pour l' investisseur en cas de faillite d' une contrepartie unique. En effet, les modèles traditionnels de " première génération" , sont bien souvent adossés à une seule banque. Au-delà de cet aspect majeur, nous avons mis en place des règles d' investissement strictes. Alors que la directive OPCVM plafonne l' utilisation de dérivés au sein d' un OPCVM à 10%, nous avons abaissé cette limite à 4.5% et procédons à une remise à zéro quasi quotidienne de cette exposition. Ainsi, le risque de contrepartie agrégé au travers de notre offre ne dépassait pas, la semaine dernière, 0,10%. Vous pouvez ajouter enfin à cela le fait que nous ne pratiquons pas le prêt/emprunt de titres et que nous interdisons d'avoir en portefeuille des actions des banques de notre plateforme" .

De toutes façons, il ne faut pas oublier, pour le responsable de Source, que " les ETF sont des fonds coordonnés et réglementés, ils sont soumis à la double réglementation des directives MIF et OPCVM, ce qui les rend bien plus transparents et moins risqués que bon nombre de produits financiers sur le marché" . Ce qui n'empêche pas quelques critiques concernant certaines pratiques de marché : " la sur-collatéralisation des opérations de prêt/emprunt de titres, utilisée par certains émetteurs, soulève la question de savoir si le collatéral que l'on obtient est réellement équivalent aux titres que l'on prête en termes de valeur ou de qualité" , conclut Ludovic Djebali.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant