Soupçons de blanchiment sur la revente de billets par la FFR

le
0

MARSEILLE (Reuters) - Une information judiciaire pour des faits d'extorsion de fonds et de blanchiment d'argent a été ouverte par le parquet de Marseille dans un volet de l'enquête portant sur la revente de billets par la Fédération française de rugby (FFR).

Le trafic présumé porterait sur plusieurs matches de l'équipe de France, indique une source judiciaire, confirmant une information publiée mercredi par le Canard enchaîné.

Selon l'hebdomadaire, le patron de la société Passion Events se procurait des billets pour les matches des Bleus au Stade de France lors du tournoi des Six Nations, qu'il payait en liquide par l'entremise d'une "figure du milieu du rugby bayonnais" directement à la billetterie de la FFR.

Il les revendait avec une marge confortable sur des sites internet spécialisés, le Canard enchaîné parlant de plusieurs milliers de tickets par an pour un pactole de 600.000 à 800.000 euros.

De source judiciaire, on indique que c'est dans le cadre de cette information judiciaire, qui est ouverte depuis plusieurs mois, que l'Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) a procédé mardi à l'interpellation de 11 personnes à Paris et à Marseille, dont plusieurs étaient fichées au grand banditisme.

Ils sont soupçonnés d'avoir exercé des pressions sur des chefs d'entreprises parisiens.

Le fondateur de la société Passion Events figurerait parmi les personnes arrêtées, de même que le plus jeune des frères Barresi, Franck, déjà condamné à dix ans de prison pour vol à main armée.

Franck Barresi est le benjamin d'une fratrie dont l'aîné Bernard, après 18 ans de fuite, a été acquitté au printemps 2012 pour l'attaque d'un fourgon blindé en Alsace en 1990.

Le cadet de la famille, Jean-Luc, est un ancien agent de joueurs de football, notamment de l'Olympique de Marseille, qui a été condamné en 2012 à quatre de prison, dont trois avec sursis, pour des faits d'extorsion de fonds au préjudice de plusieurs sociétés portuaires de la cité phocéenne.

Jean-François Rosnoblet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant