Soupçons de blanchiment d'argent au sein d'un organe du Vatican

le
0

par Philip Pullella CITE DU VATICAN, 3 novembre (Reuters) - Des enquêteurs financiers du Vatican soupçonnent une institution supervisant l'immobilier et les investissements du Saint-Siège d'avoir été utilisée par le passé pour des opérations de blanchiment d'argent, de délit d'initié et de manipulations de marchés, montre un document confidentiel consulté par Reuters. Les informations contenues dans ce rapport de 33 pages couvrant la période 2000-2011 ont été transmises à des enquêteurs suisses et italiens pour qu'ils les vérifient car certaines activités auraient eu lieu dans ces pays. L'institution visée est l'Administration du patrimoine du Siège apostolique (Apsa), une sorte de bureau général de comptabilité qui gère les biens immobiliers du Vatican à Rome et ailleurs en Italie, verse les salaires des employés du Vatican et opère en tant que bureau d'achat et département des ressources humaines. L'une de ses deux divisions gère également le portefeuille d'actifs financiers du Vatican. C'est celle-ci qui est soupçonnée par les auteurs du rapport d'enquête interne d'avoir été utilisée par une personne extérieure au Vatican pour des activités ne relevant pas du Saint-Siège, avec de possibles complicités au sein du personnel de l'Apsa. Les investigations s'inscrivent dans les efforts du pape François, élu en mars 2013, pour réformer l'administration du Vatican et améliorer la transparence de ses opérations financières. Sous son autorité, l'Institut pour les oeuvres de religion (IOR), la banque du Saint-Siège, a été réorganisée, les pouvoirs de l'Autorité d'information financière ont été étendus et un nouveau ministère a été mis en place afin de superviser les activités économiques de tous les départements. "PORTEFEUILLE 339" Depuis 2012 et la publication de documents confidentiels sous le pontificat de Benoît XVI ("Vatileaks"), le Vatican est secoué par des scandales à répétition touchant à son fonctionnement interne. Lundi, le Vatican a annoncé que deux membres d'une commission mise en place par le pape François pour étudier les réformes à apporter aux structures économiques et administratives de l'Eglise avaient été arrêtés ce week-end, soupçonnés d'avoir transmis des documents confidentiels à des journalistes. ID:nL8N12X31Y Ces arrestations sont intervenues alors que doivent être publiés ce mercredi les ouvrages de deux journalistes italiens consacrés aux "scandales" du Vatican. Le rapport consulté par Reuters s'appuie au départ sur les activités de Giampietro Nattino, président de Bancar Finnat Euroamerica, une banque privée à capitaux familiaux. Les enquêteurs du Vatican soupçonnent Nattino d'avoir utilisé les comptes de l'Apsa pour des transactions personnelles sur le marché boursier italien, dit le rapport, ajoutant qu'un solde de deux millions d'euros a été transféré en Suisse lors de la fermeture des comptes, quelques jours avant que le Vatican impose de nouvelles réglementations plus strictes contre le blanchiment d'argent. Du 22 mai 2000 au 29 mars 2011, Nattino, qui a été membre du conseil d'administration de nombreuses entreprises italiennes, était le propriétaire du "portefeuille 339" de l'Apsa, qui consistait en quatre comptes distincts, ajoutent les enquêteurs. Ils se demandent comment le banquier avait été autorisé à posséder ces comptes en violation apparente des règles de l'institution. Mardi soir, Giampietro Nattino a publié un communiqué déclarant que son travail avait toujours été "caractérisé par le maximum de transparence et d'exactitude dans le respect des réglementations en vigueur". Les enquêteurs financiers du Vatican ont transmis leurs conclusions au procureur en chef du Vatican, Gian Piero Milano, a indiqué un haut responsable du Saint-Siège, ajoutant que celui-ci avait ouvert sa propre enquête. (Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant