Soupçonné d'attentats anti-US, Al Libi meurt avant son procès

le
0

(Changement de source, précisions) NEW YORK/SAN FRANCISCO, 3 janvier (Reuters) - Le Libyen Abou Anas al Libi, soupçonné d'avoir participé à l'organisation des attentats de 1998 contre les ambassades des Etats-Unis en Tanzanie et au Kenya, est mort vendredi à New York quelques jours avant l'ouverture de son procès, ont annoncé samedi son fils et les services judiciaires. Le Libyen, dont la véritable identité était Nazih al Ragye, avait été capturé par les forces spéciales américaines en octobre 2013 dans la capitale libyenne Tripoli et avait été ramené aux Etats-Unis pour y être jugé. ID:nL6N0HW00L Ces deux attentats avaient fait 224 morts. Nazih al Ragye, 50 ans, soupçonné d'avoir appartenu au réseau Al Qaïda, est mort à l'hôpital. Il y avait été admis mercredi après avoir été extrait de son centre de détention à Manhattan, selon une lettre du bureau du procureur fédéral pour le district sud de New York au juge Lewis Kaplan. Joint par téléphone, le fils du défunt, Ahmed al Ragye, a accusé les autorités américaines de la mort de son père. "Nous tenons les Etats-Unis légalement responsables de la mort de mon père. Il avait développé un cancer alors qu'il était en prison en Amérique", a déclaré le fils. Selon lui, son père avait subi une opération à l'hôpital et avait ensuite été renvoyé en prison alors que son état n'était pas stabilisé. Ahmed al Ragye demande que le corps de son père lui soit restitué, sans avoir subi d'autopsie, "de façon à ce que nous puissions voir par nous-mêmes et vérifier la cause de sa mort". Le procureur fédéral de Manhattan Preet Bharara a déclaré dans sa lettre qu'Abou Anas al Libi avait souffert "de complications soudaines venant de ses problèmes médicaux de longue date" et qu'il était mort le 2 janvier. Selon les services du procureur, l'avocat d'Abou Anas al Libi est resté avec lui toute la journée tandis qu'un imam était présent à l'hôpital. L'avocat, Bernard Kleinman, n'a pu être joint dans l'immédiat. Al Libi devait comparaître le 12 janvier, en même temps que Khalid al Faouaz, accusé d'avoir été l'associé d'Oussama Ben Laden. Les deux hommes avaient plaidé non coupables. (Curtis Skinner à San Francisco et Nate Raymond à New York; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant