Soupçon de purge au Parlement russe

le
0
Nombre de députés sont visés par des dénonciations, destinées manifestement à les museler.

Ici, on l'appelle «la guerre des Kompromats», cette tradition des dénonciations qui a fleuri à l'époque soviétique et qui, depuis peu, resurgit dans les cercles du pouvoir poutinien. Le principe est simple: une main anonyme et malintentionnée jette en pâture des informations visant à compromettre des hommes politiques liés au monde des affaires. Cette pratique, hier limitée aux rangs de l'opposition, et qui a récemment permis de priver de son mandat parlementaire le député anti-Poutine Guennadi Goudkov, touche désormais les représentants du parti au pouvoir, Russie unie.

Jeudi, une commission de contrôle de la Douma (Chambre basse) s'est penchée sur les revenus de neuf députés du parti poutinien, dont l'un, ­Andreï Skotch, à la tête d'une fortune de 3,26 milliards d'euros, aurait «oublié» de déclarer un don de 19 milliards de roubles (475.000 euros) effectué par son père. La veille, un entrepreneur nommé Viatcheslav Jarov avait adressé un «télégram

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant