Soupçon de conflits d'intérêts sur le LME

le
0
Selon des parlementaires anglais, seuls quatre négociants seraient propriétaires d'une grande partie des 600 entrepôts de la Bourse londonienne. Une anomalie signalée au gendarme de la concurrence britannique.

Injuste. Voilà comment la commission parlementaire britannique sur la Science et la Technologie résume le fonctionnement actuel du London Metal Exchange (LME), le plus grand marché mondial pour les métaux. Dans un rapport, cette dernière dénonce «le fait que des acteurs majeurs des échanges de métaux sur le London Metal Exchange (LME) soient en même temps propriétaires des entrepôts».

Ce document précise que «quatre grandes entreprises possèdent les entrepôts des stocks du LME» dont la banque new-yorkaise JPMorgan. Les trois autres propriétaires, que le rapport ne cite pas, seraient la banque américaine Goldman Sachs ainsi que les courtiers suisses Trafigura et Glencore, croient savoir des sources du marché. Ils seraient propriétaires de la majorité des 600 entrepôts agréés du LME par l'intermédiaire de leurs filiales: Henry Bath pour JP Morgan, Metro pour Goldman Sachs, Nems pour Trafigura, et Pacorini pour Glencore.

Pour les parlementaires britanniques, le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant