Soupçon de compte en Suisse : Marine Le Pen «attend des explications» de son père

le , mis à jour à 21:13
0
Soupçon de compte en Suisse : Marine Le Pen «attend des explications» de son père
Soupçon de compte en Suisse : Marine Le Pen «attend des explications» de son père

Une somme de 2,2 millions, dont 1,7 million en lingots et pièces d'or : tel serait le magot caché en Suisse par Jean-Marie Le Pen selon Mediapart. Le site d'information en ligne affirme ce lundi que le président d'honneur du Front national a détenu un compte caché chez HSBC jusqu'en mai 2014, puis à la Compagnie bancaire helvétique (CBH). Les fonds auraient été placés sous la responsabilité légale de Gérald Gérin, son majordome, à travers un trust. Cet homme est également le trésorier des associations de financement Cotelec et Promelec.

D'après Mediapart, ces éléments auraient été transmis au parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) par Tracfin, le service antiblanchement de Bercy. Une enquête préliminaire est ouverte depuis fin 2013 sur le patrimoine de Jean-Marie Le Pen, s'intéressant à un enrichissement évalué à 1,1 million d'euros de son patrimoine entre 2004 et 2009.

Mediapart évoque un courrier transmis à la justice, daté de 2008, dans lequel Gérald Gérin, aujourd'hui assistant parlementaire de la députée européenne Marie-Christine Arnautu, reconnaîtrait être l'ayant droit du trust. «Le majordome est devenu en 2008 l'ayant droit d'un trust basé aux îles Vierges britanniques (...), Balerton Marketing Limited», écrivent les deux journalistes auteurs de l'article.

Genève puis les Bahamas

«Cette structure gérée depuis Genève par Me Marc Bonnant, l'un des avocats d'affaires de la place, a détenu un compte ouvert à la HSBC jusqu'en mai 2014. À cette date, le compte aurait été clôturé et les fonds transférés aux Bahamas, sur un compte ouvert auprès de la Compagnie bancaire helvétique (CBH)», assure le site d'information.

«La politique de la maison, c'est de ne pas commenter ce genre de rumeurs et informations», a répondu la CBH à l'AFP. La banque HSBC n'avait elle toujours pas répondu lundi en milieu d'après-midi.

Interrogé sur i-Télé lundi en fin d'après-midi, Florian Philippot, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant