Souffrance animale : les députés préconisent la vidéosurveillance dans les abattoirs

le , mis à jour à 14:27
0
Souffrance animale : les députés préconisent la vidéosurveillance dans les abattoirs
Souffrance animale : les députés préconisent la vidéosurveillance dans les abattoirs

La commission d'enquête parlementaire qui avait été mise en place après les images choc de souffrance animale dans les abattoirs, dévoilées par l'association L214, vient de rendre son rapport sur l'abattage des animaux de boucherie. Après trois mois d'audition, les parlementaires proposent 65 mesures pour limiter les «mauvais traitements sur les animaux.» Parmi ces mesures, la formation des personnels, la création d'un comité national d'éthique, le développement des contrôles vétérinaires ou encore la vidéosurveillance dans les locaux sont préconisés. 

 

Au printemps dernier, l'association L214, qui milite pour le bien-être animal et prône une alimentation végétarienne, avait publié sept vidéos tournées en caméra cachée. Images souvent insoutenables avec des porcs ou bovins saignés, des agneaux écartelés, des canetons broyés... A la suite de ces vidéos, les contrôles menés par l'administration ont mis au jour des manquements graves sur 5% des lignes d'abattage des 259 abattoirs français inspectés (sur 263) au mois d'avril. Trois établissements ont été fermés.

 

La formation des personnels jugée insuffisante

 

La commission présidée par le député Olivier Falorni (PRG) estime qu'il faut agir sur plusieurs leviers. A commencer par la formation du personnel, jugée insuffisante. Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture, a reconnu que les salariés ont besoin d'une solide formation «initiale et continue» mais aussi qu'il existait une nécessité de permettre à ces salariés de «faire évoluer les carrières» pour les rendre plus attractives.

 

En outre, au cours de l'enquête, les parlementaires ont pu constaster que certaines dérives étaient dues au rythme des abattages. Dans certains cas, les cadences sont de 800 à 900 porcs à l'heure. Par ailleurs, dans certains établissements, des investissements sont nécessaires pour moderniser des équipements afin d'éviter ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant