Souffrance animale : faut-il interdire les delphinariums ?

le , mis à jour à 08:47
0
Souffrance animale : faut-il interdire les delphinariums ?
Souffrance animale : faut-il interdire les delphinariums ?

Les dauphins dressés et vivant en captivité sont-ils victimes d'un « délit de bonne gueule » ? « Derrière leur éternel sourire se cache en fait une terrible souffrance à l'origine de dépressions et de comportements violents qui conduisent à des drames », alerte Muriel Arnal de l'association One Voice, alors que le delphineau Aïcko vient de mourir au parc Planète sauvage, près de Nantes. L'ONG qui milite pour une interdiction totale des spectacles de cétacés est reçue aujourd'hui au ministère de l'Environnement.

 

La France compte quatre centres où les spectateurs se régalent des sauts périlleux des cousins de Flipper : le Parc Astérix (Oise), Planète sauvage (Loire-Atlantique), Moorea (Polynésie française) et le Marineland (Alpes-Maritimes). Pourtant, de nombreux pays interdisent la captivité des dauphins, comme la Croatie, la Slovénie, le Chili ou l'Inde, qui vient d'inscrire cette prohibition dans la loi au motif que ces mammifères marins « sont des êtres hautement intelligents et sensibles ». Le Royaume-Uni, le Brésil, la Norvège ou la Pologne ont, eux, choisi d'imposer des normes si strictes qu'elles rendent impossibles de telles installations.

 

« La captivité est une maltraitance en soi, explique Christine Grandjean présidente de l'association spécialisée C'est assez. Les Tursiops, (NDLR : dauphins utilisés dans les spectacles) sont des nomades qui parcourent 100 km par jour. » Elle dénonce les nombreuses souffrances : maladies pulmonaires et cécité à cause du chlore, mammifères affamés pour faciliter le dressage. Elle accuse surtout la concentration et le confinement d'engendrer de graves problèmes psychologiques pour ces animaux qui se forcent à rester mutiques pour ne pas s'assourdir entre les quatre murs des bassins.

 

Les députées Laurence Abeille (EELV) et Geneviève Gaillard (PS) ont aussi déposé des amendements à la loi Biodiversité pour réclamer la fin de ces numéros. Des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant