Souffrance animale : au coeur d'un abattoir halal à Meaux

le , mis à jour à 09:41
5
Souffrance animale : au coeur d'un abattoir halal à Meaux
Souffrance animale : au coeur d'un abattoir halal à Meaux

« Ça ne m’arrive pas tous les jours », s’amusait mardi Olivier Falorni, le député de Charente-Maritime (DVG), en tendant tout de même un peu vexé ses papiers à un policier parce qu’il avait pénétré sur un terrain privé de Meaux (Seine-et-Marne). En costume chic dans la zone industrielle, le président de la commission d’enquête parlementaire sur les abattoirs ne s’est pas égaré, il menait au petit matin, dès 6 heures, une visite surprise à Aminecov, qui abat des ovins et des bovins , presque uniquement pour en faire de la viande halal. Le directeur, Adel Rekik, n’a pas eu d’autre choix que d’ouvrir ses portes.

 

« Nous voulons faire un état des lieux avant de formuler des propositions expliquait le député Jean-Yves Caullet (PS), rapporteur de la commission. L’abattage rituel, halal ou casher, pose des questions particulières sur la souffrance animale. » En effet, c’est une exception, la loi française permet de tuer des animaux sans les étourdir pour des raisons religieuses, alors que tous les autres veaux et vaches sont tués quand ils sont inconscients afin de limiter au minimum la douleur. Mardi, pendant la visite parlementaire, une vingtaine de bêtes se sont succédé sans un meuglement dans le « piège » qui les immobilise le cou tendu et la tête en bas sous le couteau.

 

Kassioui, le « sacrificateur » tranche d’un seul geste la gorge, il doit couper simultanément deux carotides et le larynx « surtout sans cisailler, c’est la loi de l’islam pour éviter la douleur », précise Nourdine Mamouche, qui surveille que tout est fait selon les règles de l’islam pour AVS, le principal organisme certificateur halal en France. A chaque fois le tueur semble caresser doucement l’oeil de la bête... Il vérifie en fait que la vache n’a plus le réflexe de fermer la paupière. Chronomètre de leur smartphone en main, les députés comptent le temps entre le coup de couteau et l’inconscience. « ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 12088907 il y a 6 mois

    L'abattage rituel est une abomination interdite en principe par l'Union européenne mais celle-ci admet des dérogations dans lesquelles s'engouffrent les gouvernements démissionnaires que connaît la France depuis trente ans. Ces pratiques, tolérées au prétexte de croyances malsaines, déshonorent notre pays. La première mesure d'un gouvernement digne de ce nom consistera à prohiber cette répugnante barbarie.

  • p.chau28 il y a 6 mois

    On nous prend vraiment pour des a bruttis !!! des animaux égorgés conscients qui se débattent pendant encore 60 seconde et ils ça c'est conforme au respect de la souffrance animal ? bien sur, ce n'est rien, juste quelques reflexes musculaires. c'est sûr que de tenter de se relever avec les 3/4 du coup tranché ce n'est qu'un reflex !!!! Quelle honte à la France d'accepter ce genre de chose......

  • M8252219 il y a 6 mois

    Le cortex humains à besoin de siècles pour évolué , les religions sont opium du peuple et toujours au service des puissants dont les clercs , imam , ulémas, font partis .

  • gabby17 il y a 6 mois

    C'est honteux.. La France tolère tout.... Voilà pourquoi , une raison de plus, je voterai Marine.... Je ne mange déjà plus de viande .. Mais c'est inadmissible de tolérer cela sur notre sol... notre patrie....

  • p.chau28 il y a 6 mois

    Bizarre que les "visites" dans les abattoirs normaux se fassent avec des caméras cachées alors que celles des abattoirs Hallal se fassent dans les règles ??? On pourrait croire qu'on veut nous faire croire que l'abattage Hallal se pratique sans souffrance et dans la bine traitance des animaux !!!! Sacrés journalistes !!!!!!