Soudan du Sud : « La famine est un échec inconcevable »

le
0
« Près de 20 millions de personnes, réparties entre quatre pays, à savoir le Yémen (14 millions), le Soudan du Sud (5 millions), le Nigeria (5 millions) et la Somalie (3 millions) sont confrontées à une grave insécurité alimentaire » (Photo: camp de réfugiés au Soudan du Sud, à Al-Eligat), le 27 février.
« Près de 20 millions de personnes, réparties entre quatre pays, à savoir le Yémen (14 millions), le Soudan du Sud (5 millions), le Nigeria (5 millions) et la Somalie (3 millions) sont confrontées à une grave insécurité alimentaire » (Photo: camp de réfugiés au Soudan du Sud, à Al-Eligat), le 27 février.

Selon le Directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture José Graziano da Silva, « la communauté internationale doit intervenir afin d’éviter une catastrophe » au Yémen, au Soudan du Sud, au Nigeria et en Somalie.

Par José Graziano da Silva, directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

Les Nations unies ont déclaré officiellement l’état de famine dans certaines régions du Soudan du Sud et il est fort probable que de telles annonces se répètent dans un futur proche.

Près de 20 millions de personnes, réparties entre quatre pays, à savoir le Yémen (14 millions), le Soudan du Sud (5 millions), le Nigeria (5 millions) et la Somalie (3 millions) sont actuellement confrontées à une grave insécurité alimentaire, cela signifie qu’elles sont déjà sous-alimentées et n’ont souvent pas d’autres choix que de vendre leurs actifs pour survivre. Jamais en l’espace de 20 ans, autant de personnes ne se sont retrouvées si près d’une catastrophe humanitaire.

Leur porter secours immédiatement Alors que la guerre civile ravage ces quatre pays, il est évident que cette catastrophe est l’œuvre de l’homme. La famine et la grave insécurité alimentaire compromettent la capacité de l’organisme humain à se rétablir et il en est de même pour la résilience des communautés. De nombreuses familles se retrouvent par exemple à vendre leur bétail, à transformer leurs stocks de semences en source d’alimentation pour finalement n’avoir plus d’autre choix que de quitter leur domicile.

Il est vital de leur porter secours immédiatement. Chaque minute est cruciale. Le monde l’a appris à ses dépens il y a cinq ans lorsqu’une grave famine a frappé la Somalie. Bilan : plu...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant