Soudan du sud : l'Unicef dénonce des massacres d'enfants

le
0
Soudan du sud : l'Unicef dénonce des massacres d'enfants
Soudan du sud : l'Unicef dénonce des massacres d'enfants

C'est une de ces guerres lointaines dont les civils sont les premières victimes. Une de ces tragédies que les populations tentent de fuir en tentant de gagner l'Europe, vue comme une sanctuaire. Le Soudan du Sud est déchiré depuis décembre 2013 par de violents combats au sein de son armée, fracturée le long de lignes politico-ethniques par la rivalité à la tête du régime entre le président Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar. Cette guerre a été caractérisée par des massacres ethniques attribuables aux deux camps, des viols et l'emploi d'enfants soldats dont des milliers ont été enlevés pour combattre.

Des dizaines de milliers d'enfants auraient été tués au cours de cette guerre, même s'il n'existe pas de bilan officiel. Au moins 129 enfants ont été tués le mois dernier dans l'Etat d'Unité, dans le nord du pays, théâtre des combats parmi les plus violents du confit, selon l'Unicef. «La violence contre les enfants au Soudan du Sud a atteint un nouveau sommet dans la brutalité», dénonce Anthony Lake, le directeur général de l'Unicef, l'agence de l'ONU pour l'enfance, dans un communiqué publié cette semaine.

«Des survivants ont raconté qu'on a laissé saigner à mort des garçons émasculés... que des filles d'à peine huit ans ont été violées collectivement puis assassinées», poursuit le représentant de l'agence des Nations-Unies. «Des enfants ont été attachés ensemble avant que leurs agresseurs ne leur tranchent la gorge... d'autres ont été jetés dans des bâtiments en feu», ajoute-t-il.

Anthony Lake s'alarme aussi que des enfants soudanais soient «recrutés à un rythme alarmant dans les groupes armés des deux cotés - environ 13.000 ont été contraints de participer à ce conflit dont ils ne sont pas responsables». «Vous pouvez imaginer les séquelles physiques et psychologiques sur ces enfants - pas seulement celles liées à la violence qui leur a été infligée mais aussi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant