Soudan du Sud-Kerry veut accélérer l'envoi de casques bleus

le
0
 (Ajoute déclarations de John Kerry après une conférence de 
presse) 
    par Lesley Wroughton 
    NAIROBI, 22 août (Reuters) - Les Etats-Unis et les pays 
africains de la région sont décidés à faire appliquer la 
proposition d'envoi de troupes sous commandement de l'Onu au 
Soudan du sud, a déclaré lundi le secrétaire d'Etat américain 
John Kerry, lors d'une visite au Kenya. 
    "Nous devons aller de l'avant concernant le déploiement 
d'une force de protection régionale", a-t-il estimé après une 
rencontre avec ses homologues de huit pays africains. 
    John Kerry a indiqué que ses partenaires africains s'étaient 
mis d'accord sur une "procédure de mise en oeuvre immédiate" 
pour l'envoi de 4.000 soldats au Soudan du Sud. 
    Le mois dernier, de violents combats à Juba, la capitale 
sud-soudanaise, ont fait à nouveau craindre une reprise de la 
guerre civile à caractère ethnique qui a éclaté en décembre 2013 
entre partisans du président Salva Kiir, un Dinka, et de son 
rival et vice-président Riek Machar, un Nuer. 
    Après près deux ans de guerre et plus de 10.000 morts et 
deux millions de déplacés, Riek Machar et Salva Kiir ont signé 
en août 2015 un accord de paix prévoyant la formation d'un 
gouvernement d'union.  
    Après la reprise des combats, Riek Machar a trouvé refuge en 
République démocratique du Congo (RDC) pour échapper aux forces 
gouvernementales qui le traquaient, a annoncé l'Onu jeudi. 
  
    John Kerry a estimé que les dirigeants, les partis 
politiques du Sud Soudan et les pays voisins devaient trouver 
une solution concernant Riek Machar mais que les combats 
devaient cesser dans tous les cas. 
    "Nous incitons toutes les parties à s'engager à nouveau, en 
parole et en acte, à la pleine exécution de l'accord de paix", 
a-t-il affirmé. 
    Lors de cette même conférence de presse, la ministre kényane 
des Affaires étrangères, Amina Mohamed, a plaidé pour l'envoi de 
troupes étrangères au Soudan du Sud "le plus tôt possible". 
    Le gouvernement sud-soudanais s'est dans un premier temps 
opposé à ce que des troupes étrangères appelées à être déployées 
sur son sol soient placées sous commandement des Nations unies. 
Il dit désormais examiner la proposition. 
    John Kerry a assuré que le nouveau contingent ne serait pas 
une force d'intervention mais protégerait les civils et les 
personnes qui oeuvrent pour la paix dans ce jeune pays 
d'Afrique. 
    Après le regain de violences de juillet, Washington s'est 
particulièrement inquiété de l'attaque d'un hôtel de Juba par 
des hommes en uniforme qui ont tué un journaliste et violé des 
civils, notamment des travailleurs humanitaires. 
    John Kerry se rendra mardi à Sokoto, au Nigeria, puis à 
Abuja, la capitale, où il aura des entretiens avec le président 
nigérian Muhammadu Buhari. 
 
 (Laura Martin, Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant