Sotchi : dans la boîte gay, "on n'a jamais eu autant de visiteurs"

le
0
Lors d'un des spectacles proposés au Maïak, l'établissement gay-friendly de Sotchi.
Lors d'un des spectacles proposés au Maïak, l'établissement gay-friendly de Sotchi.

À 35 ans, Andreï Tanitchev est l'autre star des Jeux olympiques de Sotchi. Depuis plusieurs semaines, de CNN à BFM TV, plus de deux cents médias l'ont sollicité. Pourtant, ce Russe bon vivant, qui aime arborer un large sourire, n'est pas un athlète. Il est l'un des copropriétaires du Maïak - littéralement "le phare" -, un établissement gay-friendly qui, selon l'intéressé, accueille "80 % de gays et 20 % d'hétéros". "C'est une boîte gay à l'origine, mais nous avons ouvert aux hétéros. Il reste quand même une salle réservée aux gays", tient-il à ajouter. Originaire de la région de Sotchi, Andreï Tanitchev, qui se rêvait en artiste et designer, a travaillé comme barman lors de ses années d'études à Moscou. Progressivement, il gravit les échelons jusqu'à devenir manager d'une discothèque dans la capitale russe, le Central Station, toujours ouvert aujourd'hui. Avec son compagnon, il décide de retourner à Sotchi pour ouvrir le premier hôtel gay de la ville, puis une discothèque. Après dix ans à la tête de l'établissement, il se dit fier de son business et ne cache pas ses opinions sur le regard de la société russe vis-à-vis des homosexuels. Il s'en est expliqué longuement au Point.fr, par téléphone, juste avant d'entamer une nouvelle nuit de travail. Le Point.fr : Vous êtes originaire de Sotchi, mais pourquoi avoir décidé d'installer votre établissement ici ? Andreï Tanitchev : L'atmosphère ici est très...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant