Sortie piscine en burkini : aucune réservation selon le parc aquatique

le
0
Sortie piscine en burkini : aucune réservation selon le parc aquatique
Sortie piscine en burkini : aucune réservation selon le parc aquatique

Le parc aquatique des Pennes-Mirabeau répond à la polémique. Au lendemain de l'invitation de l'association Smile 13, qui avait conseillé à ses adhérentes de préférer le burkini au bikini lors d'une sortie piscine, le centre aquatique a affirmé, jeudi, n'avoir reçu aucune réservation spécifique pour cet événement.

 

Sujet à polémique, le burkini est une tenue de bain islamique couvrant le corps de la tête aux chevilles. La nouvelle avait donc provoqué les foudres de certains élus et notamment du maire des Pennes-Mirabeau, 

 

Un événement hypothétique selon le parc

 

«A ce jour, l'association Smile 13 n'a toujours pas réservé cette date (du 10 septembre) ni même confirmé à la société Speedwater Park sa volonté de maintenir cet évènement», a indiqué dans un communiqué le parc aquatique Speedwater Park, situé au nord de Marseille.

 

Le parc aquatique dit comprendre «que cet événement intéresse particulièrement dans un contexte émotionnellement difficile, mais il convient de rappeler qu'à ce jour, cet événement reste hypothétique en l'absence de toute réservation ferme et définitive de l'association Smile 13».

 

Le parc aquatique «demeure libre de privatiser son espace aquatique»

 

Le parc indique avoir été contacté par cette association pour connaître le prix d'une privatisation pour une journée. Speedwater Park aurait répondu que la seule journée disponible était le 10 septembre, date que l'association indique sur sa page Facebook pour inviter ses adhérentes à y participer.

 

Smile 13 n'aurait pas donné suite à cet échange et n'a pas souhaité faire connaître sa position à l'AFP. 

 

La société Speedwater Park souligne dans son communiqué qu'elle «demeure libre de privatiser son espace aquatique toute une journée à l'instar de la privatisation d'une salle de fêtes pour la célébration d'un mariage, sans considération notamment ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant