Sortez Willy

le
0
Sortez Willy
Sortez Willy

La rouste reçue par les Girondins samedi à Toulouse, la septième de la saison, aura été celle de trop pour Willy Sagnol. L'entraîneur bordelais, incapable de trouver une équipe-type depuis son arrivée en Gironde, laisse sa place à Ulrich Ramé. A Bordeaux, il ne trouvera pas grand monde pour le regretter.

" Moi, je suis proche d'un jeu offensif assez large. Je pars du principe que pour marquer des buts, il faut accepter d'en prendre aussi. Bordeaux a besoin de beaucoup de monde dans le stade, a besoin de spectacle. Les gens viennent au stade pour voir des buts, c'est une garantie que l'on peut donner. Oui, il y aura des buts. Ça vient de mon passage en Allemagne, au Bayern, où on m'a fait comprendre que pour avoir des grandes performances, il faut éprouver beaucoup de plaisir. Et pour éprouver du plaisir sur un terrain, il faut jouer, avoir le ballon, s'amuser avec, c'est ce que je vais essayer de faire avec les Girondins. " En mai 2014, au moment de poser son survêt' sur le banc bordelais, Willy Sagnol sait trouver les mots pour séduire des supporters bordelais en manque de kiff, après la fin de parcours chaotique de Francis Gillot. Vingt-deux mois plus tard, force est de constater que l'homme de l'est a en partie tenu parole : les Bordelais qui parviennent encore à regarder les matchs de leur équipe voient des buts. Le problème, c'est qu'ils font souvent trembler les mauvais filets. Pour ce qui est de remplir le stade en procurant du plaisir, en revanche, l'échec est cuisant. Aujourd'hui, les Girondins pointent à la 14ème place en Ligue 1, avec 48 buts encaissés. Seuls les intouchables Troyens font pire.

Sagnol viré
Après une première saison plutôt anonyme, sauvée par le Paris Saint-Germain qui qualifie Bordeaux pour la Coupe d'Europe en remportant les deux coupes nationales, c'est avec une certaine ambition que Willy Sagnol entame son second mandat. Et après tout, pourquoi pas. Dans un championnat homogène, l'objectif de se qualifier une nouvelle fois pour l'Europe ne paraît pas démesuré. Trente journées plus tard, embarqué dans une terrible spirale négative, les Girondins regardent plutôt vers le bas. Défaits 6-1 à Nice, 1-4 contre Caen, 5-1 à Lille en coupe de la Ligue, 3-0 à Lyon, 1-4 face à Saint-Étienne, 4-1 à Reims, et enfin 4-0 à Toulouse samedi dernier, les hommes de Willy Sagnol semblent trop souvent perdus, dès qu'ils mettent le pied sur une pelouse. A l'image de leur entraîneur, qui en deux saisons, n'a toujours pas trouvé son équipe type.

86 compos d'équipe différentes en 88 rencontres


Dimanche,…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant