Soriano, le prince de Salzbourg

le
0
Soriano, le prince de Salzbourg
Soriano, le prince de Salzbourg

Dans l'autre Bundesliga, le championnat autrichien, un homme fait parler la poudre depuis son arrivée dans le berceau de Mozart : Jonathan Soriano. Un parcours atypique pour un joueur désormais considéré comme un dieu chez les Bullen.

En Espagne comme en Europe, personne ne s'étonne de savoir que la Catalogne est un vivier de jeunes joueurs prêts à entrer dans l'une des meilleures écoles de football au monde, la fameuse Masia. Lionel Messi, Andrés Iniesta, Sergio Busquets Des noms connus de tous que l'on retrouve aujourd'hui dans la traditionnelle short list de l'équipe FIFA, à chaque fin d'année civile, mettant régulièrement la Liga à l'honneur. Pourtant l'an passé, un homme a créé la surprise dans le dévoilement des 40 finalistes retenus pour faire partie du XI FIFA 2014 : Jonathan Soriano. Un nom que beaucoup d'amateurs du ballon rond ne connaissaient guère, surtout lorsque l'on fait référence à son club actuel derrière son patronyme : le Red Bull Salzbourg.

Que vient faire cet attaquant aux côtés de Cristiano Ronaldo, Karim Benzema et Zlatan Ibrahimovi? ? Y a-t-il une erreur de casting ? Une question à laquelle les fans de statistiques pouvaient répondre aisément par la négative. Jusqu'au mois de novembre, le dénommé Soriano avait en effet le meilleur ratio buts/match de tout le Vieux Continent avec 53 pions inscrits en onze mois. Oui oui, devant CR7 et Messi. À l'heure où le nombre de buts donne un avantage non négligeable à l'attribution du Ballon d'or, on pouvait donc comprendre que le natif d'El Pont de Vilomara fasse partie de la sélection de la FIFA. "C'est une vraie joie d'être dans une équipe autrichienne et de figurer parmi les 40 sélectionnés, avouait Soriano à Sport. Cela montre que lorsque l'on est performant sur la durée, la récompense tombe." Un beau cadeau quand on sait que sa carrière a mis du temps à décoller.
"C'était notre Messi"
Repéré par le second club de la région, l'Espanyol Barcelone, Jonathan Soriano Casas accepte de signer dans un club où on fait confiance à son talent. Dans les équipes de jeunes, le garçon récite ses gammes et montre rapidement un toucher de balle au-dessus de la moyenne, au point d'entrer dans le groupe professionnel en 2004, puis d'être régulièrement convoqué chez les Espoirs. Toutefois, Soriano ne trouve pas un temps de jeu suffisant chez les Perruches et doit enchaîner les prêts en division inférieure : Almería en 2005-2006, Ejido la saison suivante. Barré au club barcelonais par le duo Tamudo-Luis García, le Catalan va donc opter pour la meilleure des écoles : le Barça B. Arrivé en 2009, il découvre...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant