Sophie Lubet (Salon EquipMag) : "le commerce sera bientôt partout, dans la rue, au bureau et à la maison"

le
1
Sophie Lubet, Directrice du salon EquipMag all rights reserved
Sophie Lubet, Directrice du salon EquipMag all rights reserved

(Relaxnews) - Le commerce d'aujourd'hui est en pleine mutation, balloté entre magasin physique et internet. Du 16 au 18 septembre, les acteurs du shopping de demain présenteront au salon EquipMag les nouvelles idées pour avancer toujours plus vers le futur. Une chose est sûre, il n'existera bientôt plus de barrière entre les mondes physique et digital. Décryptage avec Sophie Lubet, Directrice du salon.

Comment définir le commerce d'aujourd'hui et celui de demain ?
Avant, on parlait de canaux d'achat, avec d'un côté le magasin physique, et puis de l'autre internet. Le commerce sera bientôt partout, aussi bien dans la rue, qu'au bureau ou à la maison. Il n'y aura plus de frontière entre le magasin physique et internet. 

Quelle place les écrans auront-ils dans notre expérience shopping du futur ?
Ils sont l'élément central ! Il y en aura plusieurs et présenteront différentes tailles. Le plus grand sera aussi vaste qu'une vitrine de magasin. Dans un ou deux ans, les consommateurs pourront interagir avec ces écrans géants interactifs intelligents, notamment en consultant le catalogue de l'enseigne depuis l'extérieur. C'est un avantage aux horaires de fermeture, dont le consommateur ne sera plus contributaire. Via cet écran, le client pourra aussi faire son shopping. 

Quel type de magasin mettra en place cette nouvelle technologie ?
Surtout les boutiques de prêt-à-porter, sinon les concept-store. L'alimentaire est moins concerné. Ce rayon-ci s'adaptera davantage aux écrans intégrés dans le mobiliser urbain.

Notre télévision dans le salon deviendra un outil de commande bientôt...
Oui, et ce grâce surtout à une nouvelle télécommande. Vous pourrez acheter le pull de la comédienne de la série que vous êtes en train de regarder. Et cette nouveauté est distincte des programmes de télé-achat. Un matériel spécifique doit être développé, tandis que les écrans devront être ajustés. Technologiquement, cette évolution est aujourd'hui possible à mettre en place. Reste à attendre que les marques donnent le "Go". Ce seront elles qui seront à l'origine du lancement. 

Le paiement en magasin peut-il lui aussi évoluer ?
Les vendeurs vont être équipés de plus en plus de tablettes tactiles, pour apporter l'expertise aux consommateurs, qui connaissent les éléments basiques concernant un produit. Cela leur permettra de gérer les stocks, mais aussi d'encaisser plus vite les consommateurs qui ne veulent plus perdre de temps aux caisses. Pour que le phénomène se développe, il faut que des garanties vis-à-vis de la sécurité des données bancaires du client soient mises en place. 

Autre axe d'innovation : payer en magasin par PayPal. Si le consommateur se déplace en magasin pour découvrir un autre produit, en plus de celui qu'il est venu chercher, il ne voudra pas perdre de temps dans la file d'attente pour payer. L'essentiel aujourd'hui, c'est de fluidifier l'acte d'achat. 

Le paiement sans contact a aussi beaucoup fait parler ces dernières années. Où en est-on ?
C'est une autre idée pour fluidifier l'acte d'achat. La technologie est aujourd'hui très fiable, mais le concept intégré dans les téléphones portables n'est pas encore vraiment développé dans le quotidien des consommateurs. C'est une tendance, le mobile deviendra bel et bien un moyen de paiement, mais peut-être pas sous l'angle du sans contact. Les transactions devraient s'effectuer plutôt par le biais de sociétés virtuelles, comme PayPal. Il suffirait alors au consommateur de saisir un code unique pour valider sa transaction, qui ne serait plus limiter par un montant comme pour le sans contact. L'avantage est qu'il n'y a plus d'éléments bancaires à l'intérieur du mobile. Encore une fois, pour que la nouveauté fonctionne, il faut qu'il y ait assez de sécurité pour rassurer les clients. 

Finalement, pourquoi le digital est-il aussi indissociable du portrait attribué aux magasins de demain ? Surtout quand les Français plébiscitent un retour aux relations commerciales simples, avec des achats locaux, en direct avec les producteurs...
Aujourd'hui, le consommateur veut tout : l'authenticité et l'excellence du produit, mais aussi des relations multiples avec des centres commerciaux qui lui en mettent pleins les yeux par le biais d'écrans ultra-technologiques. En réalité, l'authenticité ne s'oppose pas à l'évolution technologique. J'ai découvert à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine, ndlr) une boutique où sont entreposés des casiers. Il n'y a personne à l'intérieur, à part des consommateurs qui viennent chercher des fruits et légumes frais entreposés par des producteurs. Un tel concept montre que l'on peut acheter frais 24h/24. Ce genre de magasin hybride devrait se développer dans les prochaines années. 

L'arrêt de mort du magasin physique est donc loin d'être signé ?
Le magasin doit rester le point d'ancrage, au centre de la stratégie des marques. Ce débat n'a plus lieu d'être. 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7551532 le lundi 8 sept 2014 à 10:28

    ET donc ?"Chaque homme, chaque femme, chaque enfant avait l'obligation de consommer tant par an. Pour le bien de l'industrie"Le Meilleur des Mondes, A. Huxley, Presses Pocket