Sony va abandonner les PC et vendre sa division à un fonds

le
0
Sony va abandonner les PC et vendre sa division à un fonds
Sony va abandonner les PC et vendre sa division à un fonds

Le géant japonais de l'électronique Sony va vendre sa division de PC au Japon à un fonds nippon, faute de rentabilité, et se retirer ainsi du marché des PC sur lequel il était entré il y a près de 20 ans, selon la presse japonaise.Sony va céder ses activités nippones d'ordinateurs connus sous la marque "Vaio" au fonds Japan Industrial Partners pour une somme de l'ordre de 40 à 50 milliards de yens (295 à 370 millions d'euros), rapporte mercredi en une le quotidien économique Nikkei.Sony avait commencé à proposer des PC en 1996, enregistrant un pic de ventes de près de 9 millions d'unités par an il y a quelques années, mais pour l'année comptable 2013, il ne mise plus que sur 5,80 millions et cette activité est déficitaire, explique le journal.Sony est le 9e fabricant mondial de PC, une place assez honorable, mais sa part de marché ne dépasse pas 1,9% pour la période de janvier à septembre, selon les calculs de l'institut IDC.La montée en puissance des tablettes numériques et smartphones qui remplacent parfois les PC portables lamine le marché des ordinateurs personnels et, la concurrence étant féroce, Sony ne parvient plus à conserver des marges.Le fonds repreneur devrait conserver l'essentiel des 1.000 salariés concernés au sein d'une nouvelle entreprise au Japon dans laquelle Sony n'aurait qu'une petite part. Cette nouvelle société devrait continuer à vendre les PC sous la marque Vaio au Japon, en développer de nouveaux et assurer le service après-vente.Les ordinateurs Vaio pourraient en revanche disparaître des enseignes de nombreux pays, prévient le Nikkei, à moins que, comme le suggère la chaîne NHK, la marque ne soit reprise à l'étranger par le chinois Lenovo avec lequel Sony serait aussi en discussions pour créer une coentreprise dédiée.Sony a lancé il y a plusieurs mois une vaste opération de tri et restructuration de ses activités afin de sauver ses bénéfices. Le fleuron nippon de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant