Sony prie la presse de ne plus utiliser de documents piratés

le
0

LOS ANGELES, 15 décembre (Reuters) - Sony Pictures Entertainment a demandé à certains organes de presse dimanche de cesser de publier des informations contenues dans des documents volés par des pirates qui ont attaqué le réseau informatique du studio de cinéma le mois dernier, annoncent trois journaux américains. Le New York Times, le Hollywood Reporter et Variety ont publié des articles dans lesquels ils racontent chacun avoir reçu une lettre de David Boies, un avocat de Sony, leur demandant de cesser de publier des informations contenues dans les documents piratés et de les détruire immédiatement. Sony Pictures "ne consent pas à ce que vous possédiez, examiniez, copiez, diffusiez, publiez, téléchargiez ou fassiez usage" de l'information, écrit David Boies dans la lettre, selon l'article du New York Times. Un porte-parole de Sony s'est refusé à tout commentaire. Les représentants de Variety et du Hollywood Reporter n'ont pu être contactés. Pour la porte-parole du New York Times, Eileen Murphy, "toute décision sur le fait ou pas d'utiliser ces informations, ou sur la manière de les utiliser, tiendra compte à la fois de l'importance des nouvelles et des questions relatives à la façon dont l'information est apparue et qui y a accès." Un porte-parole de David Boies a confirmé que celui-ci avait adressé une lettre à certains médias au nom de Sony mais il n'a pas voulu en dire plus. La révélation de documents internes de Sony Pictures, filiale du groupe japonais Sony 6758.T , a fait des remous au sein du studio. Outre des documents concernant le salaire des employés et des informations financières, les pirates ont révélé le contenu d'échanges embarrassants. Dans un de ces mails, la coprésidente Amy Pascal plaisante à propos de l'origine ethnique de Barack Obama. Après la révélation de cette conversation dans la presse, elle a présenté ses excuses publiques. (Lisa Richwine; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant