Sony piraté : la Corée du Nord qualifie Obama de «singe»

le
1
Sony piraté : la Corée du Nord qualifie Obama de «singe»
Sony piraté : la Corée du Nord qualifie Obama de «singe»

La Corée du Nord a accusé samedi les Etats-Unis de l'avoir privée de connexion internet en début de semaine et a qualifié le président américain de «singe» pour avoir encouragé les cinémas à projeter le film «L'interview qui tue!» qui parodie le leader nord-coréen. Barack «Obama est toujours imprudent en paroles et en actes comme un singe dans une forêt tropicale», affirme la Commission nationale de défense nord-coréenne (NDC).

«Si les Etats-Unis continuent à être arrogants, despotiques et à utiliser des méthodes de gangster en dépit des avertissements répétés (de la Corée du Nord), ils devront garder à l'esprit que leurs actions politiques ratées entraîneront inéluctablement des coups mortels», a affirmé un porte-parole.

Le piratage de sony attribué à la corée du nord

Il y a un mois, les studios Sony ont fait l'objet d'une attaque informatique massive que le FBI a attribuée après enquête à la Corée du Nord. Pyongyang, qui s'était ouvertement déclaré hostile à la sortie de «L'Interview qui tue!», une comédie sur un complot fictif de la CIA pour assassiner le leader nord-coréen Kim Jong-Un, avait nié.

Après avoir annulé dans un premier temps la sortie du film prévue le 25 décembre, Sony a finalement fait volte-face et programmé sa sortie dans certaines salles de cinéma aux Etats-Unis le jour de Noël, et sur internet dès le 24 décembre.Barack Obama a lui répété que Sony n'aurait pas dû annuler la sortie du film. Plutôt mal reçu par les critiques, «L'Interview qui tue!» a engrangé un million de dollars le jour de sa sortie, cette affaire en ayant fait un symbole de la liberté d'expression. Il a également été téléchargé illégalement plus de 950 000 fois.

VIDEO. «The Interview» : Hollywood s'inquiète du précédent établi par Sony

La Corée du Nord dispose d'une armée de cyber-experts

D'après Lim Jong-In, enseignant à l'Université coréenne de la sécurité de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le samedi 27 déc 2014 à 15:19

    Ça c'est vrai, aux USA c'est la liberté d'expression, mais plus en France.